VOTE | 437 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#507 : Le désir

Titre VO : What More do I Need
Titre VF : Le désir
Diffusion USA : 09/11/08
Diffusion FR :
Guest Stars :

Résumé court : Lynette et Tom découvrent une vérité troublante sur leur fils, Porter. Gabrielle soupçonne le meilleur client de Carlos d'avoir des intentions inavoués.

Un moment de faiblesse de Bree pourrait lui causer pas mal d'ennuis. Le secret de Katherine est dévoilé.

Pendant ce temps, Susan apprend la véritable passion de Jackson et quant à Mme McCluskey, sa soeur lui annonce une nouvelle inquiétante sur Dave.

> Captures

Popularité


4 - 5 votes

Titre VO
What More do I Need

Titre VF
Le désir

Première diffusion en France
23.04.2009

Vidéos

Promo 1

Promo 1

  

Plus de détails

 

Résumé détaillé: 5x07 " What More Do I Need? "

 

 

L'épisode débute le soir, cinq minutes après l'épisode précédent.

Tom rentre chez lui et Lynette le confronte. Un quiproquo s'installe entre eux: Tom pense qu'elle sait pour Porter et prend cela en dérision alors que Lynette est énervée en voyant l'attitude de son époux, pensant qu'il la trompe. Puis Tom parle de leur fils, elle comprend alors. Ce dernier entre et Lynette, choquée lui dit qu'elle sait pour son affaire avec la mère de son meilleur ami, Tom est surpris de ce détail.

Générique

Mary Alice nous parle du désir. Gaby est dans sa chambre, observant tous les achats qu'elle a fait pour elle. Edie regarde avec convoitise des desserts au chocolat. Enfin, Porter est confronté à ses parents.

En effet, Lynette lui tend le téléphone et lui ordonne d'arrêter dès à présent cette relation. Mais il lui dit qu'il ne peut pas risquer de tomber sur son époux, qui est violent. Il se fait disputer par ses parents et finit par leur répondre qu'il l'aime et que s'ils le disent à son mari, il quittera la maison. Tom lui promet qu'ils ne diront rien et Lynette ajoute que c'est eux qui le vireront s'il ne met pas fin à cette idylle.

Dans l'atelier de cuisine de Bree, cette dernière et son époux ont convoqué un de leurs employés en lui faisant avouer qu'il leur a volé 200$. Le jeune Charlie leur dit qu'il les paiera plus tard vu que l'argent est chez son dealeur!

Susan et Jackson sont au restaurant pour leur « premier » rendez-vous. Susan évoque le fait que savoir qu'ils ne vont pas coucher ensemble après, enlève toute pression. Elle explique que cela n'arrivera pas avant le quatrième rendez-vous, afin qu'ils puissent partager davantage de choses sur eux même. Il avoue alors qu'il est aussi peintre artistiquement.

Karen se trouve chez sa soeur Roberta, elles continuent leur enquête sur Dave et découvrent qu'il appelle tous les mois un psychiatre. Roberta ajoute qu'il exerce dans un domaine spécifique: les criminels démentiels...

Le lendemain, Gabrielle est allongée sur un matelas gonflable, dans une piscine, et se fait servir un verre de Margarita. En effet les Solis sont chez Virginia Hilderbrand. Cette dernière arrive et dit aux filles que les cookies sont prêts. Elle propose ensuite à Gaby et Carlos de rester pour le week-end. Carlos explique que dimanche se déroulera l'anniversaire de Silia mais Gaby répond que ce sera rapide à préparer. Une fois partie, Carlos exprime son désaccord, Gaby lui dit que cette dame se sent seule et qu'elle est ravie d'aider. Le serveur revient avec un autre verre mais elle répond bêtement qu'elle ne peut l'atteindre, résigné, l'employé est forcé d'entrer dans la piscine!

Au hangar, Dave annonce au groupe qu'ils vont participer à un concert, grâce à un client d'Edie et que pour cela, ils doivent écrire une chanson. Dave propose de le faire avec Mike. Ce dernier répond qu'il a des plans pour la soirée...

Le soir, les Solis sont dans une chambre chez Virginia et regardent des dessins animés. Carlos et Gaby sont dans le lit alors que les filles sont parterre. Virginia les rejoint et finit par s'incruster jusqu'à entrer dans le lit auprès de Gaby et Carlos! Ces derniers sont choqués alors que Virginia semble heureuse.

Susan, chez Jackson, raconte comment elle est devenue reine du bal de promo alors que ce dernier allume sa chaîne pour passer une musique sensuelle. Susan lui dit d'éteindre et Jackson avoue qu'il veut coucher avec elle et qu'il l'a déjà écouté toute la soirée. Susan part. Jackson ouvre la porte et entre dans une petite pièce où se trouve du matériel de peinture...

Le lendemain, au lycée, une réunion de parents sur l'organisation du bal de promo est organisée. C'est Anne qui sera chaperon, elle demande si quelqu'un souhaite l'aider pour l'organisation. Lynette s'en va.

Plus tard, dans les toilettes du lycée, Lynette se lave les mains et est rejointe par Anne, qui lui fait la conversation. Tout ce temps, Lynette est restée silencieuse mais elle explose en lui disant qu'elle sait tout et se tourne vers Anne qu'elle bouscule violemment contre un mur en la menaçant. Cette dernière répond qu'elle aime Porter, Lynette la claque, la menace encore et sort.

Le soir dans l'atelier de Bree, Orson annonce qu'il a trouvé une jeune fille parfaite, mormone qui plus est, pour remplacer Charlie. Bree est heureuse et annonce à son tour qu'un magazine chrétien a publié une critique positive pour son livre de cuisine. Le couple s'embrasse alors et Bree confesse qu'ils forment une bonne équipe. Puis ils cèdent tous deux à leur désir, sur la table de cuisine...

Le lendemain, Gaby en peignoir, va voir ses filles dans la chambre dans laquelle elles ont dormis mais les surprend en train de dessiner au feutre sur le mur. Virginia entre et lui dit qu'elle les a autorisé puisque c'est désormais leur chambre. Elle sera prête pour le week-end prochain. Gaby prétexte qu'ils ont des projets et Virginia lui dit qu'elle prendra seulement les filles dans ce cas. Ces dernières la remercie. Elle leur dit de l'appeler "grand-mère"!

Plus tard, Gaby fait sa valise et explique à Carlos qu'ils doivent partir. Ce dernier rappelle que c'est elle qui a voulu rester et qu'il faut faire attention puisque c'est son boss et qu'ils doivent encore partir en Europe avec elle. Pour Gaby, c'est hors de question, cette femme l'effraie. Carlos la calme...

Porter rejoint Anne dans un parc. Cette dernière est en larmes. Il demande si ses parents ont tout dit à son mari, ou si sa mère lui a fait quelque chose. Mais Anne répond que non, elle est enceinte!

Dans l'atelier, Orson, Bree et Katherine nettoient la cuisine. Cette dernière demande si elle peut partir plus tôt, Bree répond qu'elle peut même y aller dès à présent, ce qu'elle fait. Andrew entre alors à sa place et explique que Charlie a volé l'enregistrement de la vidéo de surveillance de la veille et clame avoir une vidéo des ébats d'un couple. Bree et Orson sont choqués et reconnaissent à demi mots devant Andrew, que c'est eux. Bree panique en disant que cela pourrait ruiner sa carrière et demande ensuite à Andrew de retrouver par tous moyens cette vidéo!

Chez les Solis, la fête d'anniversaire de Silia bat son plein quand Gaby se précipite dehors ayant vu la voiture de Virginia. Cette dernière explique qu'elle est venue pour emmener Silia, après sa fête, dans un magasin spécialisé en poupées pour qu'elle choisisse ce qu'elle veut. Gaby tente poliment de lui faire comprendre que ce n'est pas la peine, et perd patience devant l'acharnement pourtant innocent de la dame et lui dit qu'elle s'est attachée trop vite aux filles en leur demandant au bout de trois jours de l'appeler "grand-mère" puis ajoute qu'elle ne peut pas acheter sa famille. Virginia la dispute alors en lui disant qu'elle a été très généreuse et que Gaby se comporte en peste. Cette dernière lui ordonne de foutre le camp. Carlos sort et demande ce qui se passe. Virginia, énervée, s'en va.

Le soir, Jackson raccompagne jusqu'à sa porte Susan, complètement ivre, après leur troisième rendez-vous. Elle lui dit qu'elle a envie de lui, mais il la repousse gentiment en lui rappelant sa règle des quatre rendez-vous. Il rejoint sa voiture.

Le lendemain, dans sa chambre, Virginia est au téléphone avec le président du Country Club à qui elle confie que Carlos l'a touchée d'une manière inappropriée lors de leur dernier rendez-vous...

Karen et sa soeur appellent le psychiatre de Dave, en se faisant passer pour la compagnie d'assurance de ce dernier. Le docteur, qui range ses affaires répond qu'il ne le connaît pas et Karen grille sa couverture en lui disant qu'il l'appelle tous les mois! Sa soeur prend le relais, pour rattraper la situation mais le docteur n'est pas dupe et lui explique que ceci est illégal. Roberta avoue donc que Dave est à Fairview et effraie un peu tout le monde. Le docteur semble intéressé par le nom de cette ville, mais il se reprend et prétexte que maintenant il sait quels autorités il doit contacter. Roberta raccroche. Le docteur reste pensif.

Le soir, Andrew rejoint Orson et Bree à leur bureau, il a la vidéo. Il prend un ordinateur portable posé sur la table et introduit le cd. Bree est offusqué qu'il ait regardé et se retourne pour ne pas voir. Puis Orson lui dit que ce n'est pas eux. Bree se retourne alors et regarde avec surprise que les amants ne sont autre que Katherine et Mike! Andrew précise qu'il ne mangera plus rien sortant de cette cuisine!

Jackson, chez lui, est en train de peindre quand Susan frappe à la porte. Il va lui ouvrir et elle entre dans le salon et enlève son imperméable en lui disant que c'est officiellement leur quatrième rendez-vous. Pour l'occasion elle ne porte qu'un ensemble de dessous avec bustier. Mais il lui dit qu'il est occupé. Elle remarque de la peinture sur son visage et comprend qu'il est en train de peindre. Elle se dirige alors vers la pièce et découvre un tableau d'elle avec les yeux qui retiennent des larmes. Elle est émue et lui demande comment il connaît se regard. Il répond simplement qu'il la connaît bien malgré ce qu'elle pense. Elle l'embrasse puis se déshabille pour poser pour lui.

Bree toque à la porte de chez Katherine pour lui apporter la vidéo. Katherine lui dit qu'elle est désolée d'avoir fait l'amour dans l'atelier mais Bree lui dit qu'elle ne lui en tient pas rigueur. Puis, sérieusement, Bree lui demande si elle sait ce qu'elle fait, étant donné que Mike est l'ex de Susan, qui est une de ses plus anciennes amies. Katherine répond que cette relation lui tient à coeur et qu'ils sont divorcés. Bree demande si c'est vraiment une « relation », vu la vidéo. Katherine lui dit qu'elle vit les meilleurs moments de sa vie...

Le lendemain, Porter est dans sa chambre, assis sur son lit quand Lynette le rejoint et lui explique que même si il la déteste aujourd'hui, il comprendra plus tard, quand il aura trouvé la bonne personne, ce qu'est vraiment l'amour. Il rétorque qu'il ne la déteste pas puis répond à son téléphone. C'est Anne mais il fait semblant de parler à un ami. Elle lui dit juste qu'elle peut partir samedi et demande s'il a l'argent. Elle finit en lui disant qu'elle l'aime. Porter raccroche et se retourne vers sa mère en lui disant sincèrement qu'il la remercie pour tout ce qu'elle et son père ont fait pour lui. Lynette est soulagée et descend. Porter sort d'en dessous de son lit une boîte remplie de billets et sourit.

Virginia peint énergiquement en rouge, les dessins laissés sur les murs par Juanita et Silia. Katherine sonne chez Mike qui la fait entrer, tout en regardant les alentours. Le psychiatre de Dave ouvre un dossier avec la photo de ce dernier et saisi son téléphone pour réserver un vol à destination de Fairview...

 

Résumé détaillé réalisé par sams95


Script VF

Le même soir – 5 minutes plus tard

Maison des Scavo

Mary-Alice voix off : Il y avait un léger malentendu chez les Scavo ce soir-là. Voyez-vous, un membre de la famille entretenait une liaison avec une mère de famille, et Lynette suspectait son mari.

Lynette fait les cents pas dans la maison au moment où Tom fait son apparition.

Tom : Fausse alerte. Le frigo était fermé.

Mary-Alice voix off : Malheureusement pour Lynette, elle se trompait.

Lynette : Menteur.
Tom se retourne pour lui faire face : Quoi ?
Lynette : J’ai toujours su que les choses pouvaient changer entre nous, mais je croyais que j’aurais toujours ton respect.
Tom : Qu’est-ce qui t’arrive ?
Lynette : Je t’ai suivi à l’entrepôt. Je sais tout.

Tom rigole et se retourne pour ouvrir le frigo.

Lynette : A ce stade, il m’en faudra un peu plus.
Tom : Tu as raison. Je n’aurais pas dû te cacher ça. Et…sache que je comptais t’en parler.
Lynette : Hein
Tom : Mais j’avais peur que tu réagisses de façon excessive.

Il ouvre la bouteille de bière et commence à boire en passant devant Lynette pour s’asseoir sur le canapé.

Lynette : C’est de ça que tu avais peur ?
Tom : Je suis secoué, moi aussi. Mais regardons les choses en face. Les ados seront toujours des ados.
Lynette : Je crois que j’ai besoin de m’asseoir.

Lynette s’asseye en face de Tom.

Tom : Tu es vraiment étonnée ? Ce n’est pas la première fois et ce n’est sûrement pas la dernière.
Lynette : Tu sais quoi ? Je vais te massacrer.
Tom : C’est aussi ton fils.
Lynette : Qui ?
Tom : Porter
Lynette : De quoi tu parles ?
Tom : J’ai découvert que Porter s’envoyait en l’air à l’entrepôt. Et toi, de quoi tu parles ?

Lynette le regarde bouche bée alors que Porter arrive chez lui.

Mary-Alice voix off : Et c’est ainsi que le léger malentendu chez les Scavo prit fin…

Lynette est toujours dans la même position à regarder son mari tandis que Porter fait son entrée dans la maison.

Porter : Salut. Quoi de neuf ?
Lynette se lève pour lui faire face : Tu couches avec la mère de ton meilleur ami ?

Tom se lève à ce moment pour regarder son fils avec étonnement et horreur.

Mary-Alice voix off : Et qu’une énorme crise familiale commença.

Porter les regarde en ayant la bouche ouverte.

Générique

Mary-Alice voix off : Le désir…C’est une émotion faite pour nous égarer, provoquer des achats au-dessus de nos moyens…

Gaby sort d’un cornet un ensemble qu’elle a acheté. Elle regarde son lit qui est couvert de parquet.

Maison d’Edie

Mary-Alice voix off : Nous encourager à goûter à des desserts superflus…

Edie regarde l’assiette de gâteau au chocolat posée devant elle. Elle trempe le petit doigt et goûte.

Maison des Scavo

Porter est assis à la cuisine les bras croisés.

Mary-Alice voix off : et nous projeter dans des liaisons pour lesquelles nous ne sommes pas prêts.

Lynette lui pose le téléphone devant lui et elle se met un peu en arrière pour le regarder, aux côtés de Tom.

Lynette : Tu appelles cette femme et tu lui dis que tu ne la verras plus.
Porter : Elle s’appelle Anne.
Lynette : Son nom est Madame Schilling. Elle t’apprenait le base-ball quand tu avais 6ans. Au fait, ton meilleur ami sait que tu couches avec sa mère ?
Porter : On cache notre relation à Kirby, pour l’instant.
Tom : Ce n’est pas une relation, cette femme t’utilise.
Porter : Non. Je l’aime.
Lynette : Ok. Ça suffit. Je l’appelle.
Porter prenant le téléphone dans ses mains au moment où sa mère en fait de même : Non. Et si c’est son mari qui décroche ?
Lynette : Ca fait partie des risques d’une liaison avec une femme mariée.
Porter : Ecoutez-moi ! Il ne faut pas que Monsieur Schilling soit au courant. Il est violent. Il la tuerait.
Lynette : Tu l’as mise dans une situation dangereuse, on dirait.
Porter : Ok. Je vais lui dire que c’est finit. Mais je lui dirais pas que vous savez. Elle péterait un plomb. Mais vous devez me promettre de ne rien dire à son taré de mari.
Lynette : Je ne promets rien.
Porter : Alors, je vous jure que si elle souffre à cause de vous, je quitterais cette maison pour toujours.
Lynette : Je t’en prie, tu ne ferais jamais ça
Porter : Non. J’ai fait des tas de trucs que vous n’auriez jamais imaginé.

Lynette se retourne et s’en va de la cusine.

Tom à l’attention de Lynette : Attends.

Il se met bras croisé devant son fils alors que Lynette est au fond de la pièce.

Tom : On ne dira rien.
Lynette : Mais si tu n’arrête pas ça, tu n’auras pas à partir, on te fichera dehors nous-mêmes.

Porter les regarde et s’en va de la pièce.

Maison de Bree

Un jeune homme arrive dans la cuisine qu’elle utilise pour ses recettes.

Jeune homme : Vous vouliez me voir ?
Bree : Asseyez-vous.
Orson : Dites-nous, Charlie…Ca vous plaît de travailler chez Mme Van de Kamp ?
Charlie : Oui, c’est génial.
Bree : Vous ne vous sentez pas sous-payé ?
Charlie : Non.
Orson : Alors, peut-être pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez volé 200 Dollars dans la caisse, hier ?
Charlie : Quoi ? (se levant) Je n’ai rien volé !
Bree : On ne vous accuserait pas sans preuves certaines, et grâce à mon efficace associé ici présent, on en a.
Charlie se rasseyant : Alors, je suis, genre, viré ?
Bree : Plus que genre viré. Vous êtes viré. Et nous voulons récupérer notre argent.
Charlie : Je ne l’ai plus. Je l’ai dépensé.
Bree : Je vous suggère de vous faire rembourser. Avez-vous une facture ?
Charlie : Ouais. Comme celles que donnes les dealers d’herbe.
Orson : Eh bien. Vous vous serez couvert de gloire.
Charlie : S’il vous plaît, n’en parlez pas à mes parents. Je vous promets de vous rembourser.

Il se lève et s’en va de la pièce. Bree se tourne alors vers Orson.

Bree : Tu y crois ? Voleur et drogué !
Orson : Au moins, on sait où sont passés ces deux livres de pâte à cookies.

Il s’en va également de la pièce et Bree secoue la tête.

Restaurant

Serveuse : Un peu trop ?
Susan : Il m’en faut un autre ! Merci pour ça.
Jackson : Il fallait qu’on reparte sur de bonnes bases, non ? Honnêtement…C’est le meilleur second premier rendez-vous que j’ai jamais eu.
Susan : N’est-ce pas ? Et savoir qu’on ne couchera pas après enlève toute la pression.
Jackson : C’est un truc qu’on sait ?
Susan : Oui. On repart complètement à zéro alors cette fois, on fait les choses correctement.
Jackson : Ce qui signifie ?
Susan : Eh bien, pas de sexe avant le 4ème rendez-vous minimum. Je veux qu’on consacre ce temps à se connaître vraiment.
Jackson : Je te connais.
Susan : Quel est le mot que j’aime le moins ?
Jackson : Flegme
Susan : Tu as deviné. C’est slip. Même si certains jours, c’est larve ou quignons.
Jackson : Bien, j’essayerai de m’en souvenir.
Susan : Maintenant, dis moi un truc que je ne sais pas sur toi.
Jackson : Je suis peintre.
Susan : Je m’étais plus ou moins aperçue que tu avais repeint ma maison.
Jackson : Je veux dire, de tableaux. Avec une toile, un cadre.
Susan : Vraiment ?
Jackson : J’ai fais les beaux-arts à Paris. Et mon prof portait un béret, alors on savait qu’il était bon.
Susan : Waouh. Et maintenant, tu peins…ma salle de bains ?
Jackson : Ouais. C’est nul. Je suis bloqué depuis un an.
Susan : Bloqué ?
Jackson : J’essaie de commencer des toiles, mais…Ca ne vient pas. Ca me rend fou.
Susan : Je suis navrée que ça se passe mal mais je suis heureuse que tu me l’ais dit. Tu vois ? On arrive à mieux se connaître, pas comme si on avait passé la soirée au lit.
Jackson : Et maintenant, je suis frustré artistiquement et sexuellement.

Il lui prend la main.

Jackson : Les premiers rendez-vous sont incroyables.

Susan rit et amène son verre de vin à ses lèvres.

Chez Roberta

Karen arrive au salon avec une assiette dans ses mains.

Karen : Roberta, je sais que tu n’aimes pas jeter mais les éboueurs t’apportent des trucs, maintenant ?
Roberta : Pardonne-moi mon langage mais va te faire voir.

Roberta est assise sur le canapé devant son ordinateur.

Karen : Tu as dit que Dave avait un secret. Comment tu as trouvé ça là-dedans ?

Karen s’appuie sur le dossier du canapé et prend une liste de numéros de téléphone.

Karen : C’est juste des numéros de téléphones.
Roberta la lui prenant des mains : C’est peut-être juste ça pour toi, mais pour un limier futé à l’œil perçant et au nez de chien-truffier…
Karen se relevant : Oui, tu es Miss Marple avec un foie hors service. Alors, qu’est-ce qu’il cache ?

Karen s’asseye sur le côté du canapé, près de sa sœur.

Roberta : Je vais t’expliquer. Vers le premier de chaque mois, Dave reçoit plusieurs appels de ce numéro à Boston. Toujours très court. Je pense qu’il ne décroche pas, on lui laisse des messages.
Karen : Une fois par mois, hein ? Je pense à une ex-femme qui veut sa pension.
Roberta : Sauf que ce n’est pas ça. Tu vois ça ? Il rappelle toujours au bout de quelques jours. Et qui crois-tu qu’il appelle ? Un hôpital de Boston. Le cabinet du Dr Samuel Heller…Psychiatre.
Karen se levant : Donc…une fois par moi, Dave se lamente sur sa vie à un psy de Boston ?

Elle contourne les affaires de sa sœur pour s’asseoir à côté d’elle sur le canapé. Elle prend la liste dans sa main mais Roberta la lui reprend.

Roberta : J’ai cherché ce toubib sur le web, ce n’est pas un simple psy. C’est un psy renommé, publié dans un domaine très spécialisé.

Elle ouvre son ordinateur et lui montre la page.

Roberta : Et ça mon cher Watson, c’est le petit secret de ton voisin.

Karen s’approche de l’écran pour lire le texte. « Traiter la folie criminelle. Elle ouvre alors de grands yeux.

Maison de Virginia

Gaby est sur un matelas gonflable qui flotte sur l’eau de la piscine de la propriété. Un serveur lui apporte un verre à boire.

Gaby : Le grand luxe…Ca m’a manqué.

Carlos dirige son regard vers Gaby tandis que leurs enfants jouent sur l’herbe. Virginia arrive à ce moment.

Virginia : Le chef sort des cookies tout frais du four.
Juanita et Célia court pour rejoindre la cuisine de la villa.

Juanita est devant : Tu ne m’auras pas !
Virginia se retournant vers Carlos : Je ne peux pas vous dire à quel point c’est agréable d’entendre des rires d’enfants dans la maison. Vous savez à quoi je pensais ? Pourquoi ne resteriez-vous pas tout le week-end ?
Gaby levant son verre : On adorerait !
Carlos : On ne peut pas !
Gaby : Pourquoi pas ?
Carlos : L’anniversaire de Célia est samedi. On doit le préparer, non ?
Gaby : Préparer quoi ? Un gâteau à 9 Dollars. Une pinata accrochée à un arbre et c’est la fête.
Carlos : Mais, je n’ai pas de vêtement de rechange.
Virginia : Mon neveu a laissé un placard plein de vêtements, ils vous iraient sûrement.
Gaby : Fais juste oui de la tête, parce que je ne sors pas de cette piscine.
Virginia : Parfait, c’est arrangé. Gaby, votre margarita est presque finie. J’envoie Brandon vous en rapporter une.
Gaby levant son verre : Merci.
Carlos : Qu’est-ce qui te prend ?
Gaby : Tu l’as entendue. Elle veut des rires d’enfants, et je veux ce homard que le chef prépare pour le dîner. Du gagnant-gagnant.
Carlos : Ca me met mal à l’aise.
Gaby : Pourquoi ? Regarde cet endroit. On dirait Shangri-La.
Carlos : C’est vrai. L’écran noir que je vois ici est tellement plus éblouissant que celui de la maison.
Gaby levant ses lunettes de soleil : C’est quoi ton problème ?
Carlos : Que c’est une mauvaise idée de mélanger plaisir et travail.
Gaby : Dit l’homme qui l’a massée jusqu’à l’orgasme…
Carlos : Raison de plus pour garder une distance professionnelle.
Gaby : C’est juste une vieille dame esseulée qui veut un peu d’amitié. Et je suis heureuse de la lui apporter.

Le serveur arrive près de la piscine.

Brandon : Madame Solis ? Votre margarita.
Gaby : Zut ! Je ne peux pas l’attraper !

Elle regarde le serveur qui secoue la tête. Il entre alors dans la piscine et lui apporte sa margarita. Carlos en reste bouche bée en entendant les bruits.

Local répétition

Dave : Salut les mecs. Désolé d’être en retard.
Mike : Tu as apporté de la bière ?
Dave : Je devais ?
Mike : Non. Tom devait
Tom : Désolé. Je croyais que les 2 packs que j’ai apportés lundi dureraient plus qu’une répétition.
Dave : On ferait mieux de ne pas boire aujourd’hui. On a beaucoup de travail à faire en une semaine.
Mike : De quoi tu parles ?
Dave : On joue pour la bataille des groupes au White Horse !
Tom : C’est pas pour les amateurs, la bataille des groupes. Il faut auditionner.
Dave : Pas nous. Le mari d’une amie d’Edie est le propriétaire du club.
Mike : Tu plaisantes. On va faire un vrai concert ?
Tom : Devant des gens qui ne sont pas de la famille ?
Orson : C’est super !
Dave : Oui. Mais ça veut dire qu’on a la pression. On doit répéter à fond les reprises. Et…il nous faut une chanson originale.
Orson : Je ne sais pas écrire de chansons.
Tom : Je sais un peu.
Orson : Non. Tu ne sais pas.
Dave : Ok. Mike et moi, on va écrire quelque chose. Tu as un moment après ?
Mike : Pas ce soir. J’ai des projets.
Dave : Des projets ? Comment elle s’appelle ?
Mike : On peut répéter s’il vous plaît ?
Dave : Il paraît que Susan et Jackson ont rompu.
Tom : Ils se seraient remis ensemble.
Mike : Ce n’est pas Susan. Arrêter de chercher. Et puis, trouvez-vous une vie.
Dave : Comme tu veux, Mike. Du moment que tu t’amuses.

Chez Virginia

Juanita et Célia sont assises au bout du lit, par terre avec un bol de pop corn à leurs pieds. Gaby et Carlos sont couchés sur le lit. Elle tient également un bol de pop corn.

Télévision : Qui t’as dit de…Rapporte la planche. Reviens. Non ! Viens m’apprendre !

Virginia ouvrant la porte : Désolée de vous déranger. Je voulais voir si tout allait bien avant d’aller me coucher.
Gaby : Oui. Tout va bien.
Carlos : Tu es sûre de ne pas vouloir d’une 12ème margarita ?
Gaby : Tu es sûr de ne pas vouloir la fermer ?
Virginia : C’est tellement mignon, vos chamailleries. Carlos, ce pyjama vous va ?
Carlos : Parfait. J’espère que ça ne dérange pas votre neveu.
Virginia : Il n’en saura rien. Nous ne nous voyons plus.
Gaby : Enfin, tout va bien. Bonne nuit.
Virginia se tournant vers la télé : Waouh. Qu’est-ce que c’est ?
Gaby : Un genre de dessin animé.
Virginia : J’adore les films d’animation.
Gaby : Les filles voulaient regarder, alors on se fait une soirée télé en famille.
Virginia s’approchant des filles : Ca a l’air amusant !

Elle s’asseye sur le bord du lit à côté des filles qui sont toujours par terre.

Virginia : Grand dieu, ce pingouin fait du surf ?
Gaby : Je ne sais pas. Je vois plus l’écran.
Virginia se relevant : Mon dieu. Je suis mal élevée.
Gaby : C’est pas grave.

Elle vient alors s’asseoir à côté de Gaby et remet les couvertures en place.

Virginia : Voilà, c’est mieux.
Carlos à l’attention de Gaby : Elle vient de se glisser sous…
Gaby : Oui.

Ils regardent Virginia qui tape dans ses mains en souriant.

Chez Jackson

Susan et Jackson sont assis sur le canapé avec un verre de vin.

Susan : Donc, j’étais en 3ème et je n’avais pas encore de seins. J’étais désespérée.
Jackson lui prenant son verre : Laisse moi te resservir.
Susan : J’ai été prise en flagrant délit de rembourrage à la réunion des pom-pom girls. 6 mois plus tard, tada. J’étais élue reine de ma classe. Beau boulot, mes bébés.

Jackson finit de remplir son verre et met de la musique. Susan se redresse d’un bond.

Susan : Arrête ça tout de suite.
Jackson : Quoi ?
Susan : La musique lascive. Eteins-la.
Jackson : Ce n’est pas de la musique lascive.
Susan : On ne fera pas l’amour avant notre 4ème rendez-vous, et nous en sommes au 2ème.
Jackson revenant s’asseoir à ses côtés : Je sais bien. Mais tu es tellement sexy dans ce pantalon, et tes cheveux sentent si bons. Et tes yeux…

Susan reste de marbre devant ce qu’il dit.

Jackson : Je t’ai préparer à dîner.
Susan : Ouais.
Jackson : J’ai fait de la viande braisée pour toi. Tu sais comme c’est dur de braiser de la viande ?
Susan : Tu sais à quel point ça m’attriste que tu l’aies fait juste pour me sauter ? Tu es censé me poser des questions. Tout ça c’était pour mieux se connaître.
Jackson : En quoi ça renforcera notre relation que je sache qu’en CM2, on t’a envoyé voir un psy parce que tu n’arrêtais pas de mâcher tes cheveux ?
Susan : Ca été dur pour moi de l’avouer, alors que tu t’en moques…Je déclare notre 2ème rendez-vous officiellement clos.

Elle se lève et met sa veste.

Susan : Et tu sais quoi ? Je comptais te laisser me toucher par-dessus mon chemisier mais maintenant, que dalle.

Elle prend son sac et se retourne pour s’en aller. Jackson se laisse tombé contre le dossier du canapé, dépité. Elle referme la porte et Jackson se lève, pensif. Il ouvre une porte de son appartement et pénètre dans son atelier où il prend ses pinceaux et installe une toile sur un pied.

Association des parents d’élèves

Anne : Avant de terminer la réunion, il nous faut encore des guides pour les premières.
Femme à côté d’Anne : Anne Schilling coordonne les volontaires, et elle a besoin d’aide.

Les deux femmes regardent la salle et on voit que Lynette est assise en face de Anne avec les bras croisés.

Femme : Personne ?
Anne se levant : Je sais que nous sommes tous très pris, mais c’est important. On veut que nos enfants s’amusent mais ne nous voilons pas la face. Si on ne garde pas un œil sur eux, Dieu sait dans quel pétrin ils iront se mettre.

Lynette la regarde avec l’œil mauvais, prend son sac et se lève.

Anne : Marjorie ? Tu aideras ? Génial. Merci les filles.

Lynette se retrouve aux toilettes et se lavent les mains quand Anne fait son apparition.

Anne : Salut, Lynette. Ces réunions sont-elles de plus en plus longues, ou n’est-ce qu’une impression ?
Lynette : Je ne sais pas.
Anne : Alors…Comment va ta famille ? Ca fait si longtemps que je n’ai pas vu Penny, et les enfants grandissent tellement. Les garçons vont bientôt partir en fac, non ?

Lynette essaie de garder son calme mais c’est peine perdue, elle se retourne et la pousse contre le mur. Elle atterrit contre le sèche main.

Lynette : Je sais tout, d’accord ?
Anne : Je suis désolée, mais…il faut que tu comprennes…J’aime Porter.

Lynette la gifle et commence à lui taper dessus avec ses mains. Elle l’attrape et la coince contre le mur.

Lynette : Moi aussi. Si tu poses à nouveau la main sur lui, tu sauras à quel point.

Chez Bree

Orson est en train de nettoyer la cuisine qui sert de travail à Bree quand elle fait son apparition.

Orson : Hey. J’ai une bonne nouvelle.
Bree : Moi aussi. Toi d’abord.
Orson : J’ai embauché une fille pour remplacer Charlie le voleur.
Bree : Tu es sûr qu’elle est digne de confiance ?
Orson : Elle est recommandée par le chef du FBI de la ville…son père, qui est mormon.
Bree : Bien joué Orson !
Orson : Merci. A ton tour.
Bree sortant un magazine de son sac : Nouvelles Lectures Chrétiennes vient de publier une critique de mon livre en avant-première. Ecoute ! « Les histoires pittoresques de Madame Van de Kamp attestent d’honnêtes valeurs mais ces recettes sont immoralement délicieuses ». Ils me donnent 4 auréoles !
Orson : Oh. Alors, je crois que ceci convient…Bonté divine !

Ils se prennent dans les bras l’un de l’autre.

Bree : J’avais quelques réserves à l’idée qu’on travaille ensemble mais ça a marché au-delà de mes espérances.
Orson : On fait une bonne équipe, non ?
Bree : Oui, et le mieux, c’est qu’on est tout le temps ensemble.
Orson : Je sais et le plus dur, c’est de me retenir en permanence de te caresser.

Il lui enlève ses lunettes, l’embrasse et la porte pour l’asseoir sur le bord de la cuisine.

Bree : Tu n’es pas sérieux ? Ici ?
Orson : C’est de cette cuisine que viennent nos succès. Quel meilleur endroit pour lui rendre hommage ?

Il détache sa chemise et la couche sur le comptoir. La caméra se dirige ensuite en-dessous et nous voyons les gants de cuisine.

Bree : Le comptoir est trop dur.
Orson : Tu veux que j’arrête ?
Bree : Non. Donne-moi une manique.

Orson prend la manique et la donne à Bree.

Bree : C’est bien mieux.

Chez Virginia

Gaby ouvre la porte de la chambre où ses filles dorment tout en attachant son peignoir.

Gaby : Debout les filles.

Elle ouvre grand les yeux et la bouche en constant que ses filles sont en train de dessiner sur le mur de la chambre.

Gaby : Mon dieu ! Qu’est-ce que vous faites ?

Virginia arrivant derrière elle avec un plateau : Tout va bien, Gaby. Nous faisons un peu d’art plastique. J’ai dit aux filles qu’elles pouvaient décorer la pièce comme elles voulaient.
Juanita se retournant pour regarder sa mère : Je dessine un château.
Célia : C’est bête.
Juanita : Non, c’est toi qui es bête !
Gaby s’avançant vers elles : Vous êtes toutes les deux stupides. Arrêtez ! Madame Hildebrand, c’est très gentil à vous mais pourquoi voulez-vous abîmer votre belle pièce ?

Gaby reprend les crayons des mains des filles mais Juanita en reprend un autre que Gaby lui renlève aussitôt.

Virginia : Ce n’est plus ma pièce. C’est la leur.
Gaby : Quoi ?
Virginia : Ce sera leur chambre à chaque fois que vous viendrez. Elles vont avoir une nouvelle télévision et des lits superposés. Tout sera prêt quand vous viendrez le week-end prochain.
Gaby : Le week-end prochain, Carlos et moi avons des projets.
Virginia : Mais les filles n’en ont pas. J’enverrais une voiture les chercher.

Virginia se relève et s’assied sur le lit. Gaby est mal à l’aise.

Gaby : Je ne crois pas…que ce soit une bonne idée.
Virginia : Qu’en dites-vous les filles ? Vous voulez venir le week-end prochain ?
Juanita souriante : Merci Madame Hildebrand.
Virginia : Qu’est-ce que je vous ai dit ?
Juanita : Pardon. Merci grand-mère.

Gaby regarde la scène complètement choquée par ce qu’elle entend.

Virginia : Venez donc !

Les filles s’approchent d’elle pour qu’elle puisse les serrer dans ses bras.

Gaby est dans sa chambre en train de faire les valises alors que Carlos est assis sur le lit, en face d’elle.

Carlos : Elle leur a dit de l’appeler grand-mère ?
Gaby : Oui et voilà pourquoi on s’en va.
Carlos : Tu lui as dit que tu restais le week-end.
Gaby : Je ne sais pas. Trouve un prétexte. Dis que tu dois aller à un truc d’aveugles.
Carlos : Il faut faire très attention. Cette femme a énormément d’influence au Country Club. Et puis, il y a ce voyage en Europe qui arrive.
Gaby : On part pas en Europe avec grand-mère, espèce de dingue.
Carlos : Je ne vais pas renoncer à 100'000 Dollars. On a besoin de cet argent.
Gaby : Ca n’en vaut pas la peine. Elle commence vraiment à me faire flipper.
Carlos : Bon sang, Gaby. C’est dangereux de faire ami-ami avec les clients, mais tu as voulu rester pour le homard.
Gaby : Il me semble me rappeler de beurre fondu sur ta serviette, aussi. Comment sortir de là maintenant ?
Carlos : Elle sait que c’est l’anniversaire de Célia demain. Je vais lui dire qu’on doit aller faire des courses. Tout ira bien.

Gaby est complètement perturbée et continue à faire les valises en restant dans ses pensées.

Parc

Anne est assise sur un banc alors que Porter arrive près d’elle.

Porter : Désolé. J’ai dû attendre que mes potes aillent au magasin pour pouvoir m’échapper. Qu’est-ce qui va pas ? Ca va ?
Anne : Je ne sais pas quoi faire.
Porter : A quel sujet ? Laisse-moi t’aider.
Anne : C’est une telle pagaille.
Porter : Attends. C’est ma mère ? Elle t’a encore fait quelque chose ?

Anne secoue la tête tout en regardant droit devant elle.

Porter : Elle a appelé ton mari ?
Anne : Non.
Porter : Alors quoi ? Dis-moi.
Anne le regarde longuement avant d'ajouter : Je suis enceinte.

Anne retourne son visage en direction du parc et regarde les enfants jouer. Porter dirige son regard également vers le parc, complètement abasourdi par la nouvelle.

Chez Bree

Bree et Katherine sont en train de faire la cuisine.

Katherine : Ca vous ennuie si je pars plus tôt aujourd’hui ?
Bree : Pas du tout. En fait, tout est pratiquement prêt. Tu peux partir maintenant si tu veux.
Katherine : Merci.

Katherine se dirige vers la porte et croise Andrew avant de sortir.

Katherine : Andrew, comme tu es beau.
Andrew : Ah oui ? Super.
Orson se retournant : Quelque chose ne va pas ?
Andrew : Vous vous rappelez de Charlie, le gamin viré parce qu’il volait ? Il a appelé et demandé comment vous pouviez le prouver, et j’ai dit : « On a une caméra de surveillance, gros naze ». Devinez qui a volé la cassette, la nuit dernière.
Bree : Ca suffit. On porte plainte.
Andrew : Vous devriez réfléchir à deux fois parce que selon Charlie, la cassette contient une scène de sexe.
Bree regarde Orson puis revient vers Andrew : Quoi ?
Andrew : Il dit qu’on voit un couple en pleine action. Donc…Vous savez qui ces deux fous pourraient être ?
Orson : Mon dieu.
Andrew : Ouais. C’est ce que je pensais.
Bree : Comment est-ce possible ?

Bree se retourne en même temps qu’Orson pour lui parler tout bas.

Bree : Avant que cela ne devienne compromettant, j’ai bien éteint la caméra.
Orson : Je l’ai éteinte aussi
Bree : Je ne t’ai pas vu faire.
Orson : Non, tu étais en train de chercher l’huile d’olive.
Bree : Manifestement, tu l’as rallumée.

Ils se retournent pour regarder Andrew. Sa mère lui sourit.

Bree : Il faut qu’on récupère cette cassette.
Andrew : Alors sortez votre chéquier car il demande 2'000 Dollars.
Bree : 2'000 Dollars ?
Andrew : Oui. Il la balance sur Youtube.
Bree regardant Orson : Qu’est-ce qu’on va faire ?
Andrew : Vous devez d’abord choisir vos noms de stars du X.
Bree : Ce n’est pas drôle. Mon livre sort le mois prochain. Mon livre de recette traditionnelle à l’ancienne ! (se retournant vers Orson) Ca pourrait me faire couler !
Orson : Ok. On va le payer.
Bree : Non ! Je refuse de payer un voyou maître-chanteur qui nous a volé deux fois !

Elle se retourne pensive vers Andrew et lui sourit.

Bree : Toute ma vie, j’ai fait de mon mieux pour t’apprendre le respect de Dieu et de la loi et à ne jamais faire de mal à un être vivant. Oublie tout ça et récupère cette cassette.
Andrew : Waouh. Donc…j’ai carte blanche ?
Orson : Dans la limite du raisonnable. On ne cautionne pas les incendies criminels, ni la violence…

Bree met sa main sur le torse d’Orson.

Bree tout en continuant à regarder son fils : Laisse-le-faire à sa manière.

Chez les Solis

Tout le monde est présent pour fêter l’anniversaire de Célia. Gaby revient avec des serviettes qu’elle pose sur la table et applaudit en souriant à sa fille. Célia est installée devant un gâteau d’anniversaire avec des bougies allumées dessus. Carlos s’agenouille à ses côtés.

Carlos : Vas-y chérie. N’oublie pas de faire un vœu.

Elle souffle ses bougies.

Tout le monde : Joyeux anniversaire !

Gaby regarde à l’extérieur et voit une voiture noire. Elle aperçoit Virginia en sortir. Elle se précipite alors à l’extérieur pour venir à sa rencontre.

Gaby : Qu’est-ce que vous faites là ?
Virginia : J’apporte un cadeau à Célia.
Gaby : Elle est un peu occupée avec ses amies, alors donnez-le moi et je le lui transmettrais.
Virginia rigolant : Je crains que ce ne soit pas possible. Mon cadeau, c’est de l’emmener dans un magasin qui vend les plus jolies poupées anciennes qui soient et de la laisser choisir celle qu’elle veut.
Gaby : Elle va pas quitter sa fête pour aller acheter une poupée.
Virginia : Bien sûr que non. J’attendrai sous le porche que ce soit terminé.

Elle commence à passer à côté de Gaby pour se diriger sous le porche mais Gaby la retient par le bras.

Gaby : Désolée mais je ne veux pas que vous emmeniez ma fille.
Virginia : Vous savez qu’il ne lui arrivera rien avec moi. Mais si vous préférez vous joindre à nous…
Gaby : Vous rendez vraiment les choses difficiles. J’ai essayé d’être gentille mais là, ça devient dur. Alors maintenant, ça suffit.
Virginia : Pardon ? Qu’est-ce qui suffit ?
Gaby : Ce truc flippant : Je suis votre grand-mère.
Virginia : Mais je suis là pour être la grand-mère des filles.
Gaby : En 3 jours. C’est ça le côté flippant.
Virginia : Quels propos blessants, surtout quand on sait combien j’ai été généreuse.
Gaby : Oui, trop généreuse. C’est comme si vous essayiez de nous acheter. On n’est pas à vendre, alors du vent.
Virginia : A qui croyez-vous parler ? Espèce de méchante fille ingrate ! Vous n’êtes pas la première petite garce à vouloir me saigner avant de me jeter.
Gaby : Ok, c’est bon. Au revoir.

Gaby s’en va en direction de chez elle mais Virginia ne bouge pas d’un pas. Gaby se retourne alors.

Gaby : Je ne suis pas assez claire ? Allez-vous en !

C’est à ce moment que Carlos fait son apparition en haut des marches à l’extérieur.

Carlos : Que se passe-t’il ?
Virginia : Je suis venue acheter une poupée à Célia. Je crois que vous avez entendu la réponse de Gaby.
Carlos : Virginia, s’il vous plaît. Laissez-moi m’excuser.
Virginia : Je crois qu’il est un peu tard pour ça.

Jackson fait le tour du véhicule et ouvre la portière pour que Susan puisse sortir. Il lui tend sa main.

Susan : Merci…pour ce magnifique 3ème rendez-vous. (Elle est un peu bourée, Jackson est obligé de lui tenir le bras) Et je suis contente que tu sois de nouveau d’accord avec notre plan.
Jackson : Je commence à en ressentir les effets positifs.
Susan : La question qui tue ! Pourquoi Kim Beale ne m’a plus parlé en 4ème ?
Jackson : Tu avais dit à Erin Connors qu’elle s’était fait refaire le nez.
Susan : Ouais ! Il est quelle heure ?
Jackson : 10h48.
Susan : Non. C’est l’heure du sexe !

Elle se laisse aller en l’embrassant mais Jackson la repousse.

Jackson : Attends, attends, Susan.
Susan : Quoi ?
Jackson : Arrête. Pas de sexe avant le 4ème rancard, tu te souviens ?
Susan : Jackson, regarde-moi. Je suis saoule et j’en ai envie. Tu peux m’avoir quand tu veux.

Il s’avance vers Susan et lui prend les mains. Susan le regarde en souriant.

Jackson : Je t’appelle demain.

Il lui fait un bisou sur le front et s’en va alors que Susan le regarde en fronçant les sourcils.

Susan : Sur le front ?

Chez Virginia

Virginia au téléphone : Désolée de vous dire ça mais vous êtes président du Country Club. Vous devez savoir que la façon dont Carlos m’a touchée lors de mon dernier massage…Disons que c’était très inapproprié. Et ce genre de comportement ne peut pas être admis au Club. Bien. J’apprécie que vous vous en occupiez.

On voit qu’elle est dans la chambre qu’occupaient Juanita et Célia. Elle regarde le mur où elles ont déssiné.

Bureau du Dr Heller

Le Dr Heller est à son bureau en train de ranger des papiers quand son téléphone sonne. Il décroche.

Dr Heller : Allô ?
 : Allô. Dr Heller ?
Dr Heller : Oui. Qui est-ce ?
 : Maggie Keller, Assurances Hilltop. (Karen et Roberta sont en fait au téléphone et se font passer pour une personne de l’assurance) Nous avons reçu une demande pour une nouvelle assurance-vie et le client vous cite comme son ancien médecin. Je voudrais vérifier son passé médical. Son nom est Dave Williams.
Dr Heller : Dave Williams ? Jamais entendu parler.
Karen : Bien sûr que si. Vous l’appelez tous les mois.
Roberta la poussant : Comment Maggie est censée savoir ça ?
Karen : J’imagine.
Dr Heller : Qui est-ce ?
Roberta prenant le téléphone à Karen : Bonjour Dr Heller. Lindsay Thorne, la supérieure de Maggie. Elle s’est embrouillée et va être licenciée. Nous voulions juste que vous confirmiez que vous traitez un certain David Williams.
Dr Heller : Quel est votre numéro de licence ?
Roberta : Je n’en suis pas certaine. Nous sommes en train de passer au système métrique.
Dr Heller : J’ignore qui vous êtes mais savez-vous que ce que vous faites est illégal ?
Roberta : Ok. On essaye juste d’avoir quelques infos sur ce type. Il vient de s’installer à Fairview et il fait flipper tout le monde.
Dr Heller : Vous habitez Fairview ?
Roberta : Pourquoi ? C’est important ?
Dr Heller choqué s’asseye sur son fauteuil : Non, j’essaie d’avoir un maximum d’infos avant de contacter les autorités pour leur faire savoir…

Roberta raccroche aussitôt.

Karen : On n’a vraiment pas assuré sur ce coup-là.
Roberta : Ouais. Retour à la case départ. Un peu de whisky dans ton café ?
Karen : Il doit bien être midi quelque part.

Chez Bree

Bree est à son bureau et Orson se trouve devant la porte, également à un bureau quand Andrew fait son apparition et arrive devant Orson en lui montrant le CD de la vidéo.

Bree : Tu as la cassette !
Orson : Comment tu as fait ?
Bree : Pas besoin de le savoir.
Andrew : En effet, mais c’est plutôt étonnant de voir ce que peut faire une bande de motards pour un pack de bière.
Bree : Mon dieu !
Orson : Je ferais mieux de détruire ça.
Andrew : En fait, vous devriez peut-être la regarder avant.
Bree : Pourquoi ? Je suis déjà assez gênée comme ça.
Andrew : Faites-moi plaisir. Je la mets.
Bree : Tu l’as regardée ?
Andrew : Je devais être sûr que c’était la bonne. Regardez juste un bout.

Andrew met le cd dans l’ordinateur et met sur play. Deux personnes sont en train de faire l’amour.

Bree : Mon dieu. Je ne peux pas regarder ça. Vraiment Andrew.

Bree se retour alors qu’Orson regarde attentivement l’endroit filmé.

Orson : Attends. Bree, ce n’est pas nous.
Bree : Quoi ? C’est qui alors ?
Andrew : Attendez. Attendez. Il va se retourner. C’est là que ça devient intéressant.

On voit alors que c’est Mike et Katherine qui sont en train de faire l’amour. Bree est choquée.

Bree : Katherine !
Orson : Et Mike.
Andrew : Que vous le sachiez, je ne mangerai plus rien qui sort de cette cuisine.

Chez Jackson

Jackson est en train de peindre dans sa pièce au moment où la sonnette de la porte d’entrée retenti. Il pose son pinceau et sort de la pièce en refermant la porte. Il ouvre et voit Susan. Il la fait entrer.

Susan se met devant lui dans le salon et enlève son manteau pour se retrouver en survêtements noirs et blancs devant lui.

Susan : Je déclare que c’est notre 4ème rendez-vous, ok ? (Jackson reste bouche bée) On a suivi les règles tu peux commencer à te déshabiller…Maintenant.
Jackson : Disons que je suis un peu occupé, là.
Susan : Je viens chez toi à moitié nue. Je devrais être ta seule préoccupation. (Jackson sourit) C’est quoi sur ton visage ? De la peinture ? Tu peints à nouveau ? (Jackson ne sait plus où se mettre) Je croyais que tu faisais un bricolage.
Jackson : En effet, mais…Cette abstinence de quelques jours m’a permis de relancer la machine. Alors, je voudrais bien finir…
Susan : Ton blocage créatif s’est envolé ?

Elle se retourne et prend les bras de Jackson pour les serrer contre elle. Il est dos à elle et lui fait un bisou sur la tête.

Susan : Félicitations. Pourquoi ne pas fêter ça en arrachant mes fringues avec tes dents ?
Jackson : Impossible, je n’ai pas encore finit.
Susan : Tu en as pour longtemps ? Je peux attendre.

Susan se précipite dans la pièce.

Jackson : Attends, non. Ne regarde pas…encore.

Elle se met devant la toile et regarde la peinture en étant bouleversée. C’est un portrait d’elle.

Susan : C’est moi.
Jackson : Oui. C’est censé être toi.
Susan : Cette expression sur mon visage…je l’ai déjà vue…dans le miroir, quand je me sens…Comment connais-tu cette expression ?
Jackson lui caressant les cheveux : J’en connais beaucoup sur toi.

Susan se retourne pour lui faire face, elle a le visage triste et étonnée.

Jackson : Je sais que tu rougis quand on te dit que tu es jolie. Je sais que tes yeux se remplissent de larmes quand tu parles de ton grand-père. Et je sais que quand tu es vraiment triste, tu as cette magnifique expression tourmentée que tu essayes de faire disparaître avant que quelqu’un la voie.
Susan les larmes aux yeux : Comment ai-je pu croire que tu ne me connaissais pas ?

Ils s’embrassent et à la fin, elle finit par se retourner pour contempler encore une fois le tableau.

Susan : Je devrais te laisser terminer. Il me manque des mains.
Jackson : C’est un détail que quelqu’un pourrait m’aider à réaliser.
Susan souriante : Vraiment ?
Jackson : A moins que tu ne veuilles pas poser nue ?
Susan commençant à défaire son survêtement : Allons. Je crois que tu connais la réponse.

Chez Katherine

Bree arrive et frappe à la porte d’entrée de chez Katherine. Elle lui ouvre en souriant.

Bree : Bonjour Katherine. Je pense que tu seras intéressée par cette cassette (elle lui tend le cd) de notre caméra de surveillance.
Katherine relevant les yeux : Nous en avons une ?
Bree : Oui, dans la cuisine
Katherine : Mon dieu. Ca signifie que tu m’as vue avec…
Bree : Mike. Oui, en effet.
Katherine rigolant : Je suis tellement gênée ! Ce que tu dois penser de moi !
Bree : Ne nous attardons pas là-dessus.
Katherine : Faire l’amour dans une cuisine où on prépare de la nourriture…Quelle folle délurée ferait ça ?
Bree : Je disais…Ne nous attardons pas là-dessus.
Katherine : Merci de me l’avoir apportée.

Katherine veut refermer la porte mais Bree la retient de la main.

Bree : Désolée de te demander ça. Tu es sûre de ce que tu fais ?
Katherine : Comment ça ?
Bree : Susan est ta plus ancienne amie ici.
Katherine : Ils ont divorcé, Bree, et elle voit quelqu’un d’autre. Pourquoi Mike ne pourrait-il pas faire pareil ?
Bree : Parce que vous êtes amies et qu’on est des femmes. On ne se fait pas ça entre nous.
Katherine : Ecoute…Je suis seule depuis 5ans. J’ai enfin rencontré quelqu’un et tu veux me faire culpabiliser ?
Bree : Ce que j’ai vu sur cette cassette, c’est une relation sérieuse ?
Katherine : Je l’ignore. Mais je sais que…je m’éclate.
Bree : Très bien mais fais attention, c’est très compliqué. Je ne voudrais pas que ça se termine mal.

Bree s’en va alors que Katherine la regarde. Elle regarde ensuite le cd en souriant et referme sa porte d’entrée.

Maison des Scavo

Porter est assis sur son lit alors que Lynette débarque.

Lynette : Le petit-déjeuner est prêt.

Son fils ne lui répond pas et ça la rend triste. Elle décide quand même de rester dans la chambre pour lui parler.

Lynette : Porter, je sais que tu me détestes en ce moment…Crois-le ou non, je sais ce que tu traverses.
Porter toujours concentré sur ce qu’il fait : Je ne te déteste pas.
Lynette : Mais un jour, tu rencontreras quelqu’un de plus…approprié. Quelqu’un qui partage ta philosophie de la vie. Et tu comprendras ce qu’est le véritable amour. Et là, j’espère que tu comprendras ce que je traverse.

Le téléphone portable de Porter sonne. Lynette s’arrête de parler et s’asseye sur le lit alors que Porter répond.

Anne : C’est moi. Tu peux parler ?
Porter : Salut Gary. J’ai du boulot. Je peux te rappeler plus tard ?
Anne : Ecoute-moi. Je peux quitter la ville samedi. Tu as l’argent ?
Porter : Oui. Pas de problème.
Anne : Je t’aime.

Porter raccroche tristement. Lynette le regarde. Il se tourne alors vers elle avec un petit sourire.

Porter : Je sais ce que tu traverse maman. Et…je veux que vous sachiez que j’apprécie ce que vous avez fait pour moi.
Lynette étonnée : Bien. Je t’attends en bas.

Elle se lève et sort de la pièce. Porter sort alors une petite boîte de sous son lit.

Mary-Alice voix off : Le désir…C’est une émotion faite pour nous perdre,

Porter sort l’argent de la boîte et se met à compter.

Mary-Alice voix off : pour persuader ceux qui ont soif d’amour de faire des choses stupides…

Virginia est en face du mur où les filles ont fait leur dessin.

Mary-Alice voix off : pour pousser ceux qui aspirent à avoir une famille à agir par colère.

On remarque qu’elle repeint en rouge le mur.
Katherine sonne à une porte.

Mary-Alice voix off : Pour permettre aux âmes solitaires…

Mike lui ouvre la porte et lui sourit en lui faisant signe de rentrer.

Mary-Alice voix off : de se conduire de manière imprudente.

Le Dr Heller ouvre le dossier médical de Dave.

Mary-Alice voix off : Et quand la poursuite des désirs de notre cœur devient une obsession, on ne peut qu’espérer qu’un ami cher vienne à nous…

Dr Heller au téléphone : Bonjour. Je voudrais une place sur le prochain vol pour Fairview.

Mary-Alice voix off : Et nous arrête.




FIN

Ce script VF a été réalisé par melinou27

Scavo's house

Mary Alice voiceover: There was a slight misunderstanding among Scavo that evening. You see, a family member had a relationship with a mother, Lynette and her husband suspected.

Lynette is pacing around the house when Tom appeared.

Tom: False alarm. The fridge was closed.

Mary Alice voiceover: Unfortunately for Lynette, she was mistaken.

Lynette: Liar.
Tom turns to face him: What?
Lynette: I always knew that things could change us, but I thought I would always have your respect.
Tom: What happened to you?
Lynette: I followed you to the warehouse. I know everything.

Tom laughs and turns to open the fridge.

Lynette: At this point, I shall want a little more.
Tom: You're right. I should not have to hide it. And ... knowing that I intended to tell you about it.
Lynette: Hein
Tom: But I was afraid you réagisses excessively.

He opens the beer bottle and starts drinking, passing Lynette to sit on the couch.

Lynette: That's what you were afraid?
Tom: I'm shaken, too. But let's face it. Teens will always be teenagers.
Lynette: I think I need to sit down.

Lynette sits down in front of Tom.

Tom: Are you really surprised? This is not the first time and this is surely not the last.
Lynette: You know what? I'll kill you.
Tom: This is your son.
Lynette: Who?
Tom: Wear
Lynette: What are you talking?
Tom: I discovered that Porter was sent up to the warehouse. And you, what are you talking?

Lynette looks stunned while Porter arrives home.

Mary Alice voiceover: And so the slight misunderstanding among Scavo ended ...

Lynette is always in the same position to look at her husband while Porter enters the house.

Porter: Hi. What's new?
Lynette gets up to face him: Are you sleeping with the mother of your best friend?

Tom gets up at that time to watch his son in surprise and horror.

Mary Alice voiceover: And a huge family crisis began.

Porter looks at them with his mouth open.

Generic

Mary Alice voiceover: Desire ... It's an emotion made to go astray, causing purchases above our means ...

Gaby comes out of a horn she bought a set. She looks at her bed is covered with parquet.

Edie's house

Mary Alice voiceover: We encourage them to sample the desserts superfluous ...

Edie looks at the plate of chocolate cake in front of her. She dips a finger and tasted.

Scavo house

Porter is sitting in the kitchen with his arms crossed.

Mary Alice voiceover: and project ourselves into bonds for which we are not ready.

Lynette asks her the phone to him and she gets a little behind to watch, alongside Tom.

Lynette: You call this woman and you tell him you do not see him again.
Porter: Her name is Anne.
Lynette: Her name is Mrs. Schilling. She taught you baseball when you were 6 years old. In fact, your best friend knows that you sleep with his mother?
Porter: We hide our relationship with Kirby, for now.
Tom: It's not a relationship, this woman is using you.
Porter: No. I love it.
Lynette: OK That's enough. I call it.
Porter picking up the phone in his hands when his mother does the same: No. And if it's her husband who wins?
Lynette: It's part of the risk of an affair with a married woman.
Porter: Listen to me! It should not be that Mr. Schilling's knowledge. It is violent. It would kill her.
Lynette: You've put in a dangerous situation, it seems.
Porter: Okay I'll tell him it's over. But I would say that you know. It péterait a lead. But you must promise me not to tell her husband tared.
Lynette: I promise nothing.
Porter: So I swear if she is suffering because of you, I would leave this house forever.
Lynette: I beg you, you would never do that
Porter: No. I did lots of stuff that you never imagined.

Lynette turns around and goes to the kitchen.

Tom to the attention of Lynette: Wait.

He starts arms crossed in front of his son while Lynette is the back of the room.

Tom: We will not say anything.
Lynette: But if you do not stop it, you will not have to leave, you are Fichera outside ourselves.

Wear the look and leaves the room.

House Bree

A young man arrives in the kitchen used for its revenues.

Young man: You wanted to see me?
Bree: Sit down.
Orson: Tell us, Charlie ... It pleases you to work at Mrs. Van de Kamp?
Charlie: Yes, it's great.
Bree: You do not feel underpaid?
Charlie: No.
Orson: So maybe can you explain why you stole 200 dollars in cash yesterday?
Charlie: What? (Rising) I did not steal anything!
Bree: We do not accuse without proof certain, and efficient thanks to my partner here, we are.
Charlie sat down again: So I'm, like, fired?
Bree: More than kind fired. You're fired. And we want our money back.
Charlie: I did more. I spent it.
Bree: I suggest you get your money back. Do you have an invoice?
Charlie: Yeah. Like those that give the herb dealers.
Orson: Well. You'll be covered with glory.
Charlie: Please do not tell my parents. I promise to reimburse you.

He gets up and leaves the room. Bree turned to Orson.

Bree: Do you believe? Thief and drug addict!
Orson: At least we know what happened to these two books of cookie dough.

It is also in the room and Bree shakes his head.

Restaurant

Waitress: A little too much?
Susan: I need another! Thank you for that.
Jackson: We had to reparte basics right, right?Honestly ... This is the second best first date I ever had.
Susan: Is it not? And we know not sleep after all the pressure away.
Jackson: It's something we know?
Susan: Yes. One starts completely from scratch so this time, we do things correctly.
Jackson: Which means?
Susan: Well, no sex before the fourth meeting minimum. I want to dedicate this time to really know.
Jackson: I know you.
Susan: What is the word I like the least?
Jackson: Phlegm
Susan: You have guessed. It's underwear.Although some days it's larva or chunks.
Jackson: Well, I'll try to remember.
Susan: Now, tell me something I do not know about you.
Jackson: I am a painter.
Susan: I was more or less saw that you had painted my house.
Jackson: I mean, tables. With a canvas, a frame.
Susan: Really?
Jackson: I'm fine arts in Paris. And my teacher was wearing a beret, so we knew it was good.
Susan: Whoa. And now ... you paint my bathroom?
Jackson: Yeah. It sucks. I'm stuck for a year.
Susan: Blocked?
Jackson: I try to start the paintings, but ... It does not come. It drives me crazy.
Susan: I'm sorry that it goes wrong but I'm glad you told me it board. You see? It happens to know each other, not like we had spent the evening in bed.
Jackson: And now I'm frustrated sexually and artistically.

He takes her hand.

Jackson: The first appointments are incredible.

Susan laughs and brings his glass to his lips.

Roberta

Karen arrives at the show with a plate in his hands.

Karen: Roberta, I know you do not like throwing garbage but bring you stuff now?
Roberta: Forgive my language but fuck you.

Roberta is sitting on the couch at his computer.

Karen: You said that Dave had a secret. How did you find it there?

Karen uses the back of the couch and takes a list of phone numbers.

Karen: It's just phone numbers.
Roberta of taking her hand: It's maybe just that for you, but for a smart sleuth to the sharp eye and nose of a truffle dog ...
Karen getting up: Yes, you are Miss Marple with a liver off. So what does he hide?

Karen sits down on the side of the sofa near her sister.

Roberta: I'll explain. Around the first of each month, Dave received several calls from this number in Boston. Still very short. I think he does not answer, he leaves messages.
Karen: Once a month, huh? I think an ex-wife who wants his pension.
Roberta: Except it's not it. You see that? He still remembers every few days. And who do you think he called? A Boston hospital. The Cabinet of Dr. Samuel Heller ... Psychiatrist.
Karen stood up: So ... once a month, Dave laments his life to a shrink from Boston?

It bypasses the affairs of his sister to sit beside her on the couch. It takes the list in his hand but it takes the Roberta.

Roberta: I searched the doc on the web, it's not a single psychiatrist. It is a renowned psychologist, published in a very specialized field.

She opens his computer and showed him the page.

Roberta: And that my dear Watson, it's the little secret of your neighbor.

Karen approaches the screen to read the text."Treating criminal insanity. She opens her eyes wide.

Virginia House

Gaby is on an air mattress floating on the water in the pool property. A waiter brought him a drinking glass.

Gaby: The luxury ... It missed me.

Carlos directs his gaze to Gaby while their children play on grass. Virginia arrives at that time.

Virginia: The chef comes out of cookies fresh from the oven.
Juanita and Celia short to reach the kitchen of the villa.

Juanita is before: You will not get me!
Virginia turning to Carlos: I can not tell you how it's nice to hear children's laughter in the house. You know what I was thinking? Why do not you all would stay the weekend?
Gaby raising his glass: We'd love to!
Carlos: You can not!
Gaby: Why not?
Carlos: Celia's birthday is Saturday. We must prepare, right?
Gaby: Prepare what? A cake to 9 Dollars. A pinata hanging in a tree and it's party time.
Carlos: But I do not have a change of clothes.
Virginia: My nephew left a closet full of clothes, they surely would suit you.
Gaby: Just do nod, because I do not go out of this pool.
Virginia: Okay, that's settled. Gaby, your margarita is almost over. Brandon I send you a report.
Gaby raising his glass: Thank you.
Carlos: What are you doing?
Gaby: You heard. She wants children's laughter, and I want what the chef prepares lobster for dinner. Win-Win.
Carlos: It makes me uncomfortable.
Gaby: Why? Look at this place. Looks like Shangri-La.
Carlos: It's true. The black screen I see here is so much more dazzling than the house.
Gaby raising her sunglasses: What's your problem?
Carlos: That it's a bad idea to mix work and pleasure.
Gaby: Says the man who massaged to orgasm ...
Carlos: One more reason to keep a professional distance.
Gaby: It's just a lonely old lady who wants a little affection. And I am happy to provide it.

The waiter arrives at the pool.

Brandon: Mrs. Solis? Your margarita.
Gaby: Damn! I can not catch it!

She looks at the server that shakes her head. It then enters the pool and brings her margarita.Carlos left speechless when he heard noises.

Local recurrence

Dave: Hi guys. Sorry for being late.
Mike: Did you bring beer?
Dave: I had?
Mike: No. Tom was
Tom: Sorry. I thought the two packs that I made last more than a rehearsal Monday.
Dave: We better not to drink today. There has been much work to do in a week.
Mike: What are you talking?
Dave: We play for the battle groups to the White Horse!
Tom: It is not for amateurs, the battle groups. Must audition.
Dave: Not us. The husband of a friend of Edie's club owner.
Mike: Are you kidding. We'll do a real concert?
Tom: In front of people who are not family?
Orson: It's great!
Dave: Yes. But it means we have the pressure.Shall be repeated at the bottom again. And ... we need an original song.
Orson: I can not write songs.
Tom: I know a little.
Orson: Yes. You do not know.
Dave: Okay Mike and I are going to write something. You have a moment later?
Mike: Not tonight. I have plans.
Dave: Any plans? What's her name?
Mike: You can repeat it please?
Dave: It seems that Susan and Jackson broke.
Tom: They are back together.
Mike: It's not Susan. Stop looking. And then you find a life.
Dave: Whatever you say, Mike. As long as you have fun.

At Virginia

Juanita and Celia sit at the end of the bed, the floor with a bowl of popcorn at their feet. Gaby and Carlos are lying on the bed. It also takes a bowl of popcorn.

TV: Who told you ... Reports of the board. Back.No! Just tell me!

Virginia opened the door: Sorry to bother you. I wanted to see if everything was OK before going to bed.
Gaby: Yes. All is well.
Carlos: You sure you do not want a margarita 12th?
Gaby: You sure do not want to close?
Virginia: It's so cute, your bickering. Carlos, this pajama suit you?
Carlos: Great. I hope it does not bother your nephew.
Virginia: He will not know anything. We do not see more.
Gaby: Finally, all is well. Good night.
Virginia turned to the TV: Whoa. What is it?
Gaby: A kind of cartoon.
Virginia: I love animated films.
Gaby: The girls wanted to look at, so we made an evening TV family.
Virginia approaching girls: Sounds fun!

She sits down on the edge of the bed next to the girls who are always on the floor.

Virginia: Great God, what is the surfing penguin?
Gaby: I do not know. I see over the screen.
Virginia getting up: My god. I'm rude.
Gaby: That's okay.

She then comes to sit next to Gaby and puts the covers.

Virginia: Well, that's better.
To the attention of Carlos Gaby: She just slip under ...
Gaby: Yes.

They look at Virginia who claps his hands, smiling.

In Jackson

Susan and Jackson are sitting on the couch with a glass of wine.

Susan: So, I was in third and I had no breasts. I was desperate.
Jackson taking his glass: Let me tell you reused.
Susan: I was caught in the act of stuffing at the meeting of cheerleaders. 6 months later, tada. I was elected queen of my class. Good job, my babies.

Jackson finished filling his glass and put to music.Susan jumps up.

Susan: Stop it immediately.
Jackson: What?
Susan: The lascivious music. Extinguish it.
Jackson: It's not the lascivious music.
Susan: We will not make love until our fourth visit, and we are in the second.
Jackson returned to sit beside him: I know. But you're so sexy in those pants, and your hair smells so good. And your eyes ...

Susan remains unmoved at what he said.

Jackson: I've prepared for dinner.
Susan: Yeah.
Jackson: I made the braised meat for you. You know how hard it is to braise meat?
Susan: You know how much it saddens me that thou hast done for me just jump? You're supposed to ask me questions. All that was to become better acquainted.
Jackson: What it will strengthen our relationship as I know that in CM2, we sent you to a shrink because you could not stop chewing your hair?
Susan: It was hard for me to admit, when you do not care ... I declare our second meeting officially closed.

She gets up and puts his jacket.

Susan: And you know what? I intended to let you touch me over my blouse but now, no nothing.

She takes her bag and turned to leave. Jackson leaves fell against the back of the couch, annoyed.She closes the door and Jackson gets up, thoughtfully. It opens a door to his apartment and into his studio where he takes his brush and installs a fabric on one foot.

Association of Parents

Anne: Before closing the meeting, we still need guides for first.
Woman next to Anne: Anne Schilling coordinates the volunteers, and she needs help.

The two women look at the room and we see that Lynette is sitting across from Anne with her arms crossed.

Woman: No one?
Anne stood up: I know we're all very busy, but it's important. We want our kids have fun but we have to face facts. If you do not keep an eye on them, God knows what a mess they will get.

Lynette looks at her the evil eye, takes her bag and stands up.

Anne: Marjorie? You will help? Great. Thank you girls.

Lynette finds himself with toilet and wash their hands when Anne appeared.

Anne: Hi, Lynette. These meetings are they increasingly long, or is it a print?
Lynette: I do not know.
Anne: So ... How's your family? It's been so long since I have not seen Penny, and children grow so much. The boys will soon leave for college, right?

Lynette tries to remain calm but to no avail, she turns around and pushes against the wall. She landed against the hand dryer.

Lynette: I know everything, right?
Anne: I'm sorry, but ... You have to understand ... I love Porter.

Lynette slaps her and begins to whack it with his hands. She grabs him and stuck against the wall.

Lynette: Me too. If you ask again a hand on him, you'll know how.

At Bree

Orson is cleaning up the kitchen that serves as a work in Bree when she appeared.

Orson: Hey. I have good news.
Bree: So do I. You first.
Orson: I hired a girl to replace Charlie the thief.
Bree: Are you sure it is trustworthy?
Orson: It is recommended by the FBI chief of the city ... his father, who is Mormon.
Bree: Orson Well done!
Orson: Thank you. Your turn.
Bree out of his bag a magazine: New Readings Christian has just published a review of my book preview. Listen! "The colorful stories of Mrs. Van de Kamp attest honest values but these recipes are delicious immorally." They give me 4 rings!
Orson: Oh. So I think this should ... My goodness!

They hug one another.

Bree: I had some reservations about working together but that it worked beyond my expectations.
Orson: It is a good team, right?
Bree: Yes, and well, is that we are together all the time.
Orson: I know and the harder it is to keep me constantly caress you.

He takes off his glasses, kissed her and the door to sit on the edge of the kitchen.

Bree: You're not serious? Here?
Orson: It is in this kitchen comes our success. What better place to honor him?

Tear off his shirt and layer on the counter. The camera then goes under and we see the mitts.

Bree: The counter is too hard.
Orson: You want me to stop?
Bree: Yes. Give me a potholder.

Orson takes pot holder and gives it to Bree.

Bree: This is much better.

At Virginia

Gaby opens the door to the room where his daughters sleep while attaching his bathrobe.

Gaby: Standing girls.

She widens her eyes and mouth constantly that her daughters are busy drawing on the wall of the chamber.

Gaby: My god! What are you doing?

Virginia arrived with a tray behind it: It's okay, Gaby. We do some visual art. I told the girls they could decorate the room as they wanted.
Juanita turned to watch her mother: I draw a castle.
Celia: It's stupid.
Juanita: No, it is you who are stupid!
Gaby advancing towards them: You are both stupid. Stop! Ms. Hildebrand is very kind of you but why would you spoil your beautiful piece?

Gaby takes the pencil from the hands of Juanita girls but in another that takes him renlève Gaby soon.

Virginia: It is not my play. It is theirs.
Gaby: What?
Virginia: This will be their room whenever you come. They will have a new TV and bunk beds.Everything will be ready when you come the next weekend.
Gaby: The next weekend, Carlos and I have plans.
Virginia: But girls do not. I would send a car to get them.

Virginia gets up and sits on the bed. Gaby is uncomfortable.

Gaby: I do not think ... that's a good idea.
Virginia: What do you think girls? You want to come the next weekend?
Juanita Smiley: Thank you Mrs. Hildebrand.
Virginia: What I told you?
Juanita: I'm sorry. Thank you grandma.

Gaby looks at the scene completely shocked by what she hears.

Virginia: Come!

The girls come close to her so she could hug her.

Gaby is in her room doing the suitcases while Carlos is sitting on the bed, facing her.

Carlos: She told them to call her grandma?
Gaby: Yes and that is why we are headed.
Carlos: You told him that you were staying the weekend.
Gaby: I do not know. Finds an excuse. Say you have to go to something blind.
Carlos: It must be very careful. This woman has tremendous influence at the Country Club. And then there was this trip to Europe happens.
Gaby: We start in Europe with no grandmother, kind of crazy.
Carlos: I will not give up to 100,000 Dollars. We need the money.
Gaby: It is not worth the trouble. She really starting to freak me.
Carlos: Damn, Gaby. It is dangerous to make friends with customers, but you wanted to stay for the lobster.
Gaby: I seem to recall melted butter on your towel, too. How to get out of there now?
Carlos: She knows it's Celia's birthday tomorrow.I'll tell him we should go shopping. Everything will be fine.

Gaby is completely disrupted and continues to pack remaining in his thoughts.

Park

Anne sits on a bench while Porter comes near her.

Porter: Sorry. I had to wait for my friends go to the store to be able to escape. What's wrong? Are you okay?
Anne: I do not know what to do.
Porter: About what? Let me help you.
Anne: This is such a mess.
Porter: Wait. This is my mother? Did she even done anything?

Anne shakes her head while looking straight ahead.

Porter: It's called your husband?
Anne: No.
Porter: So what? Tell me.
Anne looks at length before adding: I'm pregnant.

Anne turns her face towards the park and watch children play. Porter also directs his gaze towards the park, completely stunned by the news.

At Bree

Bree and Katherine are doing the cooking.

Katherine: It's you mind if I leave early today?
Bree: Not at all. In fact, everything is almost ready.You can go now if you want.
Katherine: Thank you.

Katherine goes to the door and crosses Andrew before going out.

Katherine: Andrew, you are so beautiful.
Andrew: Oh yeah? Super.
Orson turning: Something wrong?
Andrew: Do you remember Charlie, the boy fired because he was flying? He called and asked how you could prove it, and I said: "We have a surveillance camera, big crap." Guess who stole the tape last night.
Bree is Enough. It complains.
Andrew: You should think twice because Charlie, the cassette contains a sex scene.
Bree looks Orson then back to Andrew: What?
Andrew: He says he sees a couple in action. So ... You know that these two might be crazy?
Orson: My god.
Andrew: Yeah. That's what I thought.
Bree: How is this possible?

Bree turns at the same time Orson talk to him softly.

Bree: Before it became compromised, I turned off the camera.
Orson: I also turned off
Bree: I've seen you do.
Orson: No, you were looking for olive oil.
Bree: Obviously, you've rekindled.

They turn to watch Andrew. Her mother smiled.

Bree: We need to recover the tape.
Andrew: So get out your checkbook because it requires 2,000 Dollars.
Bree: 2,000 Dollars?
Andrew: Yes. He balance on Youtube.
Bree watching Orson: What will we do?
Andrew: You must first select your name stars X.
Bree: It's not funny. My book comes out next month.My book of the old traditional recipe! (Turning to Orson) It could make me run!
Orson: Ok It's going to pay.
Bree: No! I refuse to pay a thug blackmailer who has stolen twice!

She turns pensive to Andrew and smiled.

Bree: All my life I have done my best to teach you respect for God and the law and never hurt a living being. Forget it and retrieves the tape.
Andrew: Wow. So ... I have carte blanche?
Orson: Within reasonable limits. We do not condone arson, and violence ...

Bree puts her hand on the chest of Orson.

Bree while continuing to watch his son Leave him to his own way.

In Solis

Everyone is there to celebrate the anniversary of Celia. Gaby comes with towels she puts on the table, smiling and applauding her daughter. Celia is installed in front of a birthday cake with lighted candles on it. Carlos kneels beside her.

Carlos: Come on darling. Do not forget to make a wish.

She blows out the candles.

Everyone: Happy Birthday!

Gaby looks outside and sees a black car. She sees Virginia out. She then rushed out to meet him.

Gaby: What are you doing here?
Virginia: I bring a gift to Celia.
Gaby: It's a bit busy with her friends, then give it to me and told him transmettrais.
Virginia laughing: I'm afraid it is not possible. My gift is to take her to a store that sells the most beautiful dolls that are and let them choose the one she wants.
Gaby: She will not leave his party to go buy a doll.
Virginia: Of course not. I will wait on the porch it's over.

She begins to miss Gaby to head on the porch but retains Gaby's arm.

Gaby: I'm sorry but I do not want you to take my daughter.
Virginia: You know that nothing will happen with me. But if you prefer to join us ...
Gaby: You make things really difficult. I tried to be nice but then it gets hard. So now that's enough.
Virginia: Pardon? What is enough?
Gaby: That scary thing: I am your grandmother.
Virginia: But I'm here to be the grandmother of girls.
Gaby: In 3 days. That's the scary side.
Virginia: What hurtful, especially when you know how much I was generous.
Gaby: Yes, too generous. It's like you're trying to buy us. It is not for sale, then the wind.
Virginia: Who do you speak? Kind of ungrateful wicked girl! You're not the first little bitch I want to bleed before I throw.
Gaby: Ok, this is good. Goodbye.

Gaby goes towards home but Virginia does not move a step. Gaby turns around then.

Gaby: I'm not clear enough? Go away!

That's when Carlos appeared up the stairs outside.

Carlos: What's going on there?
Virginia: I came to buy a doll for Celia. I think you've heard the answer to Gaby.
Carlos: Virginia, please. Let me apologize.
Virginia: I think it's a little late for that.

Jackson toured the vehicle and opened the door for Susan might get out. He hands her his hand.

Susan: Thanks for this wonderful ... third appointment. (It's a bit Bouree, Jackson is forced to hold his arm) And I'm glad you're back in agreement with our plan.
Jackson: I'm starting to feel the positive effects.
Susan: The killer question! Kim Beale why I did more talking in the fourth?
Jackson: You said Erin Connors she had a nose job done.
Susan: Yeah! What time is it?
Jackson: 10:48.
Susan: No. It's time for sex!

She indulges in the kissing but Jackson regrowth.

Jackson: Wait, wait, Susan.
Susan: What?
Jackson Stops. No sex before tip-off the fourth, remember?
Susan Jackson, look at me. I'm drunk and I feel like it. You can have me whenever you want.

He goes up to Susan and takes her hands. Susan looks at him smiling.

Jackson: I'll call you tomorrow.

It makes him a kiss on the forehead and walks away while Susan looks at him, frowning.

Susan: On the front?

At Virginia

Virginia on the phone: Sorry to say this but you're President of the Country Club. You should know that how Carlos has touched me on my last massage ... Let's say it was very inappropriate. And this kind of behavior can not be admitted to the Club. Fine. I appreciate you occupied.

We see it is in the room occupied by Juanita and Celia. She stares at the wall where they have drawn.

Dr. Heller's office

Dr. Heller is at his desk putting away papers when his phone rings. He won.

Dr. Heller: Hello?
...: Hello. Dr. Heller?
Dr. Heller: Yes. Who is it?
...: Maggie Keller, Hilltop Insurance. (Karen and Roberta are actually on the phone and pretend to be a person of the insurance) We received a request for a new life insurance quotes you and the client as his former doctor. I would check his medical history. His name is Dave Williams.
Dr. Heller: Dave Williams? Never heard of.
Karen: Of course I do. You call every month.
Roberta pushing: How Maggie is supposed to know that?
Karen: I guess.
Dr. Heller: Who is it?
Roberta taking the phone to Karen: Hello Dr. Heller. Lindsay Thorne, the top of Maggie. She is confused and will be dismissed. We just wanted you to confirm that you are dealing with a David Williams.
Dr. Heller: What is your license number?
Roberta: I'm not certain. We are now moving to the metric system.
Dr. Heller: I do not know who you are but do you know what you are doing is illegal?
Roberta: Ok We just try to have some info on this guy. He just moved to Fairview and he freaked everyone.
Dr. Heller: You live in Fairview?
Roberta: Why? Does it matter?
Dr. Heller shocked sit upon his chair: No, I try to have maximum information before contacting the authorities to let them know ...

Roberta hangs up immediately.

Karen: There was really no guarantee on that shot.
Roberta: Yeah. Back to square one. Some whiskey in your coffee?
Karen: There must be noon somewhere.

At Bree

Bree and Orson at his desk in front of the door, also at a desk when Andrew appeared and came to Orson, pointing to the CD of the video.

Bree: You have the tape!
Orson: How did you do?
Bree: No need to know.
Andrew: Yes, but it's pretty amazing what can make a motorcycle gang for a pack of beer.
Bree: My god!
Orson: I'd better destroy it.
Andrew: Actually, you might want to watch it before.
Bree: Why? I am already quite embarrassed like that.
Andrew: Do me a favor. I put it.
Bree: You've watched?
Andrew: I had to be sure it was good. Just look at one end.

Andrew put the cd in the computer and puts on play. Two people are in the process of making love.

Bree: My god. I can not watch it. Andrew really.

Bree Orson back then the place look carefully filmed.

Orson: Wait. Bree, it's not us.
Bree: What? It's that then?
Andrew: Wait. Wait. It will backfire. This is where it gets interesting.

We then see that it's Mike and Katherine are in the process of making love. Bree is shocked.

Bree: Katherine!
Orson: And Mike.
Andrew: Whether you know it, I will not eat anything that comes out of this kitchen.

In Jackson

Jackson is busy painting in her room when the bell rang the front door. He puts his brush and leaves the room, closing the door. It opens and sees Susan. He brings.

Susan goes before him in the living room and takes off his coat to find themselves in black and white suits in front of him.

Susan: I declare that this is our fourth visit, ok?(Jackson remains speechless) We followed the rules you can start to undress ... Now.
Jackson: Let's say I'm a little busy here.
Susan: I come to you half naked. I should be your only concern. (Jackson smiles) What is on your face? Paint? You paint again? (Jackson does not know where to go) I thought you were doing a craft.
Jackson: Yes, but ... This few days of abstinence allowed me to reboot. So I'd like to finish ...
Susan: Your creative block is gone?

She turns around and takes the arm of Jackson to tighten against it. It is back to her and made a kiss on the head.

Susan: Congratulations. Why not celebrate by tearing off my clothes with your teeth?
Jackson: Can I still have not finished.
Susan: You're in for a long time? I can wait.

Susan rushes into the room.

Jackson: Wait, no. Do not look ... again.

She stands in front of the canvas and the paint looks by being upset. This is a portrait of her.

Susan: It's me.
Jackson: Yes. It's supposed to be you.
Susan: The expression on my face ... I've seen ... in the mirror, when I feel ... How do you know this expression?
Jackson, stroking her hair: I know a lot about you.

Susan turned to face him, her face was sad and surprised.

Jackson: I know that you blush when you say you're pretty. I know your eyes fill with tears when you talk about your grandfather. And I know when you're really sad, you have this wonderful expression tormented you trying to do away before anyone sees it.
Susan in tears: How could I believe you did not know me?

They kiss and at the end, she ultimately turns to gaze at the picture again.

Susan: I should let you finish. I miss the hands.
Jackson: It's a detail that someone could help me with.
Susan smiling: Really?
Jackson: Unless you do not veuilles pose nude?
Susan began to undo his tracksuit: Come. I think you know the answer.

In Katherine

Bree arrives and knocks on the door of at Katherine. It opens with a smile.

Bree: Hi Katherine. I think you will be interested in this tape (she hands him the cd) of our camera.
Katherine raising his eyes: We have one?
Bree: Yes, in the kitchen
Katherine: My god. It means that you saw me with ...
Bree: Mike. Yes, indeed.
Katherine laughing: I'm so embarrassed! What you must think of me!
Bree: Do we not dwell on it.
Katherine: Making love in a kitchen where food is prepared ... What a crazy sassy would do that?
Bree: I said ... Do we not dwell on it.
Katherine: Thank you for letting me made.

Katherine wants to close the door but Bree holds her hand.

Bree: Sorry to ask you this. Are you sure of what you do?
Katherine: How so?
Bree: Susan is your oldest friend here.
Katherine: They divorced, Bree, and she sees someone else. Mike why could he not do the same?
Bree: Because you are friends and we are women.It does not happen that between us.
Katherine: Listen ... I'm alone for 5 years. I finally met someone and you want me to feel guilty?
Bree: What I saw on this tape, it's a serious relationship?
Katherine: I do not know. But I know ... I'm having.
Bree: Okay, but beware, it's very complicated. I would not want it to end badly.

Bree goes while Katherine looks. It then looks at the cd, smiling and closes her door.

Scavo house

Porter is sitting on his bed while Lynette arrives.

Lynette: Breakfast is ready.

His son does not respond and it makes it sad. She still decides to stay in the room to talk.

Lynette: Porter, I know you hate me right now ... Believe it or not, I know what you're going through.
Porter always focused on what it does: I do not hate you.
Lynette: But one day you will meet someone more ... appropriate. Someone who shares your philosophy of life. And you will understand what true love. And there, I hope you will understand what I go through.

Porter's cell phone rings. Lynette stops talking and sits down on the bed while Porter responded.

Anne: It's me. You can talk?
Porter: Hi Gary. I have a job. I can remember later?
Anne: Listen to me. I can leave town Saturday. You have money?
Porter: Yes. No problem.
Anne: I love you.

Porter hangs sadly. Lynette looks. He turned toward her with a smile.

Porter: I know what you're going through Mom. And ... I want you to know that I appreciate what you have done for me.
Lynette surprised: Good. I'm waiting for you downstairs.

She gets up and leaves the room. Porter takes out a small box under his bed.

Mary Alice voiceover: Desire ... It's an emotion made to destroy us,

Bring out the silver box and starts counting.

Mary Alice voiceover: to persuade those who thirst for love doing stupid things ...

Virginia is facing the wall where the girls did their drawings.

Mary Alice voiceover: to push those who aspire to have a family to act out of anger.

We notice that the wall painted in red.
Katherine rings at a door.

Mary Alice voiceover: To enable the lonely souls ...

Mike opened the door and smiled motioning him to return.

Mary Alice voiceover: to behave recklessly.

Dr. Heller opens the medical records of Dave.

Mary Alice voiceover: And when the pursuit of the desires of our heart becomes an obsession, one can only hope that a dear friend to come to us ...

Dr. Heller on the phone: Hello. I want a place on the next flight to Fairview.

Mary Alice voiceover: And we stopped.




END

Kikavu ?

Au total, 149 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Neelah 
19.02.2021 vers 18h

IThink 
07.02.2021 vers 11h

reinhart 
05.12.2020 vers 19h

Elisea2017 
26.08.2020 vers 12h

skins4ever 
06.08.2020 vers 17h

soniamango 
24.07.2020 vers 00h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Artjaq 
loveseries 
melinou27 
Sas1608 
Activité récente

photo du mois (2)
Aujourd'hui à 20:40

Suite de Mots (2)
Aujourd'hui à 17:25

Les Concours
09.03.2021

Musiques
07.03.2021

Musiques
07.03.2021

Musiques
06.03.2021

Musiques
04.03.2021

Musiques 806
03.03.2021

Musiques 804
02.03.2021

Multimédia
27.02.2021

Actualités
Le mois d'avril arrive !

Le mois d'avril arrive !
Le printemps se poursuit avec le début du mois d'avril. Pour celà, un nouveau sondage est en ligne....

Le quartier change de couleur

Le quartier change de couleur
Les Housewives changent de couleur. Ce nouveau design est signé Sevnol.  Merci beaucoup pour cette...

Concours n°11 - Le quartier fête son anniversaire

Concours n°11 - Le quartier fête son anniversaire
Ouvert le 12 mars 2005, le quartier de Desperate Housewives s'apprête à fêter son 16ème...

Le mois de Mars est arrivé

Le mois de Mars est arrivé
Mars pointe le bout de son nez ! Une nouvelle photo du mois, et un nouveau sondage sont en...

HypnoCup 2021 - 8ème de finale

HypnoCup 2021 - 8ème de finale
Pour l'HypnoCup 2021, la manche des 8ème de finale est lancée. Deux couples sont toujours en course...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, Avant-hier à 16:47

L'animation Happy Birthday to Who arrive sur le quartier Doctor Who, est-ce que vous connaissez bien les acteurs de la série ? A vous de jouer

ShanInXYZ, Avant-hier à 16:47

et on continue de Voyage au centre du Tardis, en abordant la saison 12, on attend vos photos

choup37, Hier à 15:40

3 anniversaires aujourd'hui sont célébrés sur Doctor who, oui, mais de qui..

pretty31, Aujourd'hui à 10:18

Nouvelle partie de ciné-émojis et films à voir à la télé cette semaine sur HypnoClap !

bloom74, Aujourd'hui à 14:39

Nouveau sondage et photo du mois dans le quartier The Boys

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site