VOTE | 437 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#502 : Un bon voisin

Titre VO : We're so Happy you're so Happy
Titre VF : Un bon voisin
Diffusion USA : 05/10/08
Diffusion FR :
Guest Stars :

Résumé court : Lynette découvre que Porter a une façette douce ce qui l'attendrit. Gaby essaie de cacher la perte de sa stature sociale de manière très amusante.

Le temps est venu pour les hommes dans la vie de Susan, de se rencontrer. Pendant ce temps, Bree commence à sentir les pressions de concilier carrière et marriage. Edie se rappelle à quel point les gens peuvent être mesquins à Wisteria Lane.

Enfin, Mme McCluskey demande de l'aide à Katherine afin d'en apprendre plus sur leur nouveau voisin, Dave.

> Captures

Popularité


3.86 - 7 votes

Titre VO
We're so Happy you're so Happy

Titre VF
Un bon voisin

Première diffusion
05.10.2008

Première diffusion en France
02.04.2009

Plus de détails

 

 

Résumé Détaillé:

 

Chez Susan, elle et son amant sont au lit. Ce dernier ce réveil. Il sait qu'il a de nombreuses qualités: romantique, un beau sourire, prévenant...Il descend et sort pour chercher le journal, vêtu simplement d'un peignoir blanc, entrouvert, lui arrivant au dessus des genoux. Lorsqu'il se relève (sans prendre le journal), face à lui se trouve Mike, dont il fait la connaissance, de manière gênée. D'autant plus que son peignoir s'est ouvert entre temps...

Susan, réveillée par la discussion des deux hommes, se lève précipitamment. Elle accourt vers Mike, dehors, pour lui demander la raison de sa visite. Puis la discussion dévie sur Jackson: Mike souhaite faire une sortie avec lui, pour s'assurer que son fils ait un environnement convenable. Susan semble réticente mais il la « menace » de régler cela devant une Cour de Justice si ça posait problème.

Dans la cuisine, Susan retrouve Jackson et lui explique que Mike passe le chercher vendredi soir. Il sort alors chercher le journal, et cette fois, lorsqu'il se relève, c'est le petit qui se trouve en face de lui!

Jackson se rend alors compte de ses défauts: qu'il n'a jamais eu un bon timing et qu'il lui fallait un peignoir plus long!

 

Générique

 

Susan fait son footing, puis croisant Lynette déchargeant des courses de son coffre, l'aide à porter. Tom apporte à Carlos un courrier ayant atterrit chez lui par erreur. Parker offre à Bree son aide pour tondre sa pelouse. Enfin, le mari d'Edie change une ampoule devant le garage de chez Katherine. Elle le remercie. Puis, ces derniers aperçoivent Edie sortir furieuse de chez Madame McCluskey.

Chez les Williams, Bree fait ses valises car Madame McCluskey l'a « insultée » en faisant une réflexion déplacée sur ses seins. Dave tente immédiatement de raisonner son épouse. Cette dernière se calme et lui demande pourquoi il a insisté pour venir s'installer ici. Il répond qu'il peuvent être heureux ici. Elle lui dit qu'il n'a pas répondu à la question...

Gabrielle ouvre sa boîte aux lettres et trouve une invitation à une fête. Souriante, elle entre chez elle pour en parler à Carlos mais se met à hurler devant le « spectacle » qui s'offre à elle. Un homme âgé est allongé, se faisant masser par Carlos, mais apparemment sa serviette est relevée au niveau du bas ventre...

Énervée, Gaby va vers la cuisine et tente de convaincre Carlos de prendre le job de masseur au Country Club, à cause de leurs problèmes financiers. Il accepte, elle sort de la cuisine et hurle à nouveau, pour la même raison...

Susan aide Jackson à choisir une tenue « convenable » pour la sortie de ce dernier avec Mike, et le briffe sur les sujets à aborder pour se mettre dans les bonnes grâces de son ex, comme le football américain, la pêche...Il lui demande pourquoi elle tient tant à ce qu'il plaise à Mike et elle lui explique que si elle devait renoncer à lui pour son fils, elle le ferait.

Lynette entre dans la chambre de Porter, et lui parle d'un camarade de lycée à lui qui a été arrêté pour trafic de drogue. Il répond qu'il ne le fréquente plus depuis bien longtemps.

Lynette va alors voir le petit Parker et lui demande si Porter est ami avec le « dealeur ». Il vérifie sur la liste d'amis du blog de son frère. La réponse est non. Lynette semble étonnée qu'il ait un blog mais semble avoir une idée...

Dans le salon des Hodge, Andrew, Bree et Orson sont assis sur le canapé. Bree leur montre la couverture de son livre: « la cuisine à l'ancienne de Mme Van De Kamp ». Andrew la félicite mais Orson lui demande pourquoi le nom de Hodge n'apparaît pas. Andrew s'éclipse. Bree explique que Van de Kamp a plus de musicalité!

Chez Mme McCluskey, Dave discute avec cette dernière de sa remarque à propos d'Edie. Elle lui explique que c'était une boutade, que leur relation est ainsi. Dave va plus loin en lui demandant de s'excuser auprès de sa femme. Mme McCluskey refuse. Il lui dit alors que vu les photos anciennes qui ornent ses murs, son attachement à son chat, elle paraît seule, et que ce n'est pas dans son intérêt de perdre une de ses rares amies...Elle lui ordonne de sortir.

Jackson rentre chez Susan, après sa soirée avec Mike, qui a été un succès. Ils ont d'aiileurs une autre sortie de prévue. Susan est aux anges. Ils montent dans la chambre pour « célébrer » cela. Jackson lui lèche le lobe de l'oreille, elle apprécie. Puis se rend compte qu'il ne lui avait jamais fait ça donc que Mike lui en a parlé. Elle est furieuse et souhaite qu'il ne fréquente plus son ex dorénavant.

Gaby lave les carreaux extérieurs de sa maison quand Bree la rejoint. Gaby a l'air excitée à propos de la fête mais Bree, en charge du menu, lui explique que l'hôtesse l'a désinvitée, étant donné que Carlos fait partie du « personnel » du Country Club. Gaby est effondrée.

Tom entre dans le salon et trouve Lynette en train de dialoguer sur internet avec Porter, avec l'identité d'une jeune de 16 ans. Elle découvre la vie de son fils, notamment qu'il aime la poésie. Tom lui conseille tout de même d'arrêter ce jeu malsain, ce qu'elle fait en fermant l'ordinateur portable. Mais elle continue quand Tom sort de la pièce. Elle demande même à Porter s'il a copine...

Mme McCluskey cherche dehors son chat, Dave vient à sa rencontre et lui demande si elle a réfléchi à leur précédente discussion. Elle lui répond qu'elle a été occupée à chercher son chat et lui demande de l'aide. Il répond que si elle s'excusait, il pourrait l'aider en échange...

Dans un studio de radio, Bree donne une interview pour son livre. Lorsqu'on lui demande s'il y a un Monsieur Van De Kamp, elle répond qu'il est décédé mais ne parle pas d'Orson. Au même moment, ce dernier qui écoutait l'interview, paraît mécontent de cette omission.

Porter descend et se dirige vers la cuisine où se trouve Lynette. Il range ses bouquins dans son sac pour aller en cours et Lynette, qui aperçoit un de ses anciens livres de poésie commence à en parler mais Porter coupe court à la discussion et part.

Bree entre dans son atelier de cuisine, elle est au téléphone avec Katherine pour organiser la fête qui a lieu le soir même. Orson entre alors et demande une explication concernant l'interview. Il lui demande si c'est à cause du fait qu'il est allé en prison, comme elle le lui avait demandé. Elle lui dit  qu'elle n'en est pas fier, c'est vrai, mais qu'elle l'aime et le rassure en lui promettant de lui cuisiner son plat préféré, après la soirée.

Susan, chez elle, écoute sa messagerie vocale: c'est un message de Jackson qui la prévient qu'il ne pourra pas être là ce soir. Elle soupçonne qu'il soit sorti avec Mike...

Lynette, qui dialogue à nouveau avec Porter sous le pseudo de « Sarah », reçoit un message surprenant de ce dernier, qui à l'air d'être tombé sous son charme. Tom rejoint Lynette dans le salon, elle lui explique la situation. Il la sermonne et elle lui répond qu'elle va « rompre » avec lui par e-mail...

Gaby et Carlos, bien habillés, sont à l'entrée du Country Club. Carlos lui dit qu'il est étonné qu'ils soient ré-invités. Ils entrent alors, mais ce que Carlos ne voit pas, c'est qu'ils passent par l'entrée de service. Ils traversent la cuisine lorsque Bree appelle Gaby et lui demande ce qu'elle fait ici. Gaby laisse un moment Carlos, en plein milieu de la cuisine, en lui expliquant qu'il se fait photographier par la presse!

Dans un bar, Susan rejoint Mike et lui demande où est Jackson. Il lui répond qu'il n'est pas avec. Susan prend alors la bière se trouvant près de Mike, croyant qu'elle appartient à son amant, et y met des épluchures prises sur le comptoir jusqu'à ce que le propriétaire de la bière lui demande ce qu'elle fait. Elle se rend compte de son erreur. Elle explique à Mike qu'elle ne souhaite pas qu'il fréquente Jackson car elle a peur que ce dernier la voit comme lui la voit. Elle fait alors référence aux derniers mois catastrophiques de leur mariage et pense que Mike la déteste pour toutes les choses qu'elle lui a dit. Mais Mike la rassure et veut juste qu'ils soient tous les trois amis.

Susan rentre chez elle et trouve Jackson dans la cuisine. Elle lui dit qu'elle regrette et qu'il peut sortir entre amis avec Mike s'il le veut. C'est alors qu'apparaît Carl, l'ex de Susan qui lui dit qu'il était passé signé des papiers d'assurance pour Julie. Il fait une remarque débile sur Jackson et s'en va. Ce dernier demande donc à Susan si elle a d'autres ex-maris à lui présenter!

Au Country Club, Gaby est assise auprès d'une dame, et lui parle de sa grande « amitié » avec l'hôtesse de cette fête, Michelle! Bree interrompt cet échange en prenant Gabrielle à part et lui demande à qui sont les sièges qu'elle a pris. Cette dernière lui répond que la personne a la grippe, donc qu'elle n'a pas à s'en faire. Cependant l'époux de la personne malade est présent, il est venu avec sa mère et demande à Carlos de bouger. Bree et Gaby qui observent de loin sont surprises, Bree lui dit qu'elle n'a qu'à prétendre s'être trompée et que Michelle n'en saura rien. Mais cette dernière apparaît à son tour. Puis deux hommes expulsent Carlos. Gaby dit à Bree qu'elle le rejoindra dehors! Elle emprunte la sortie de service pour ne pas se faire remarquer.

Mme McCluskey frappe à la porte d'Edie, cette dernière répond. Elle s'excuse auprès d'Edie qui lui demande si tout va bien, vu sa mine déconfite. Mme McCluskey lui avoue qu'elle a perdu son chat et précise à Edie de bien dire à son époux que toutes les deux se sont réconciliées. Edie semble surprise mais lui promet qu'elle le fera.

Gaby rejoint Carlos dans la voiture. Ils se disputent: Carlos se sent humilié étant donné que c'est son lieu de travail, et Gaby se sent humiliée de ne plus avoir assez d'argent, de ne plus fréquenter ce cercle mondain, d'être exclus socialement...Carlos la réconforte en lui expliquant que l'argent ne fait pas le bonheur et qu'au moins leur vie de famille est épanouie.

Tom lit le mail de rupture que Lynette s'apprête à envoyer à Porter. Il se lève de la chaise, elle s'assit à son tour et presse la touche « entrée ». Tom lui dit que c'est touchant mais qu'elle devrait enlever le «Love, Mom » à la fin de la lettre! Trop tard: le message est envoyé...Ils entendent une porte claquer à l'étage supérieur, Tom s'enfuit. Porter rejoint Lynette et dépose son livre de poésie près d'elle, l'air abattu. Elle le rejoint plus tard dans la cuisine et se justifie en lui disant que du jour au lendemain leur complicité s'était envolé, ils ne parlaient plus comme avant, alors que sur le net, Porter se confiait. Ce dernier répond qu'il ne se confiait pas à elle mais à « Sarah »...

Bree entre chez elle, après minuit, elle raconte le succès de son menu ce soir à Orson, assis dans la salle à manger. Il lui dit sèchement qu'il a faim et qu'il veut son repas préféré, ce soir, comme elle le lui a promis. Bree lui dit qu'elle lui fera demain puis comprend qu'il est sérieux et se dirige vers la cuisine et commence...Elle est en pleurs.

Mme McCluskey entre chez elle et découvre que son chat est assis sur son fauteuil, une fenêtre est ouverte...Elle sort devant chez elle et observe la résidence des Williams.

Le lendemain, Susan aide Lynette à porter ses courses, sans demander pourquoi son fils a l'air triste. Tom apporte à Carlos un courrier, sans relever que sa femme a l'air insatisfaite. Parker offre son aide à Bree, sans mentionner que son mari a l'air distant, froid...Mary-Alice fait une tirade sur l'importance d'avoir un bon voisinage...

Enfin, Mme McCluskey frappe chez Katherine et lui offre un bouquet de fleurs. Cette dernière lui demande que lui vaut cet honneur. Elle lui répond que c'est parce qu'elle possède un ordinateur et qu'elle souhaite l'utiliser pour se renseigner sur le mari d'Edie...

Fin de l'épisode

 

Résumé long réalisé par sams95

Script VF

Maison de Susan

Susan est endormie dans son lit.

Mary-Alice voix off : Le petit ami de Susan Mayer savait qu’il avait pas mal d’atouts.

Jackson est couché à ses côtés. Il se réveille et fait un bisou sur la joue de Susan qui se met à sourire.

Mary-Alice voix off : Il était romantique,

Il se trouve dans la salle de bain, en peignoir et regarde ses dents.

Mary-Alice voix off : il avait un beau sourire,

Il va ensuite à la cuisine, toujours en peignoir, pour mettre la machine à café en route.

Mary-Alice voix off : et était toujours prévenant.

Il sort ensuite sur le perron pour ramasser le journal.

Mary-Alice voix off : Oui, Jackson Braddock avait de très bons côtés. Malheureusement…

Il se relève en tenant le journal et voit Mike en face de lui.

Mary-Alice voix off : il tombait toujours au mauvais moment.

Mike : Bonjour.
Jackson : Salut. Je peux vous aider ?
Mike : Vous pouvez prévenir Susan que je suis là.
Jackson souriant : Et vous êtes ?
Mike : Je suis Mike, son ex-mari. (Ils se serrent la main) Je présume que vous êtes…
Jackson : Jackson. Je suis…son…
Mike : Ami ?
Jackson : Ami, c’est ça. Ca ne peut pas être plus embarrassant.
Mike : Vu que votre robe de chambre est ouverte…si.

Susan se réveille à cause d’une conversation qui a lieu en dessous de sa fenêtre de chambre. Elle se lève péniblement et ouvre les rideaux pour regarder et elle voit Mike et Jackson discuter. Elle ouvre de grands yeux et ouvre également la bouche en étant paniquée. Elle sort en vitesse de sa chambre et descend les marches d’escaliers.

Jackson : Y a ton ex qui…

Susan passe devant lui sans un regard et sort sur le perron tout en attachant sa robe de chambre.

Susan : Qu’y a-t-il ?
Mike : Je rapportais le jeu vidéo de M.J. Il l’avait oublié chez moi.
Susan : Merci. Tu as rencontré Jackson alors.
Mike : En effet. Belles jambes.
Susan : Ce n’est évidemment pas comme ça que j’avais envisagé votre rencontre. Il est très sympa.
Mike : Je me ferais ma propre idée en traînant un peu avec lui.
Susan : Je ne crois pas que ce soit nécessaire.
Mike : S’il dort sous le même toit que mon fils, je crois que si.
Susan : D’abord, M.J. était à une soirée pyjama hier soir. Et Jackson et M.J. ne se sont pas encore rencontrés. Alors, tu n’es vraiment pas obligé de vérifier…quoi que ce soit.
Mike : Dis juste à Jackson que je passe le prendre demain soir.

Il commence à s’en aller.

Susan : Attends. Tu ne peux pas décider les choses tout seul.
Mike : Tu te souviens comme j’ai été arrangeant pour la garde. Je peux te traîner devant le tribunal dès demain si je ne suis pas pleinement satisfait des fréquentations de mon fils. Compris ?

Mike s’en va laissant Susan complètement sous le choc de ses paroles. Elle retourne à l’intérieur et rejoint Jackson à la cuisine.

Jackson : Je suis désolé. Ce n’est pas comme ça que j’envisageais ma 1ère rencontre avec ton ex.
Susan : Tu pourras le lui dire lors de votre 2ème rencontre. Il passe te prendre demain soir.
Jackson : Quoi ?
Susan : Je t’expliquerais en déjeunant. Tu as pris le journal ?

Jackson sourit et finit par ressortir sur le perron.

Mary-Alice voix off : Ainsi, Jackson Braddock réalisa qu’il lui fallait mieux choisir ses moments.

Il se baisse pour prendre le journal mais en se relevant, il voit M.J. se tenir devant lui.

M.J. : Vous êtes qui ?

Mary-Alice voix off : Et une robe de chambre plus longue.

Générique

Susan est en train de courir.

Mary-Alice voix off : S’il y a bien une chose appréciée en banlieue, ce sont les bons voisins. Du genre à porter les courses…

Susan s’arrête vers Lynette et l’aide à décharger sa voiture.

Tom sonne à la porte d’entrée de la maison des Solis et Carlos lui ouvre.

Mary-Alice voix off : ou rapporter un courrier égaré…

Il lui tend l’enveloppe et Carlos la lui prend.
Bree est en train de jardiner alors que Parker tient la tondeuse.

Mary-Alice voix off : ou proposer de tondre votre pelouse.

Katherine est assise sur une chaise à côté du porche de sa villa devant le garage.

Mary-Alice voix off : Oui, tout le monde apprécie un bon voisin.

Elle regarde Dave qui remplace l’ampoule de l’entrée du garage.

Katherine : C’est très gentil de votre part.
Dave : Ces ampoules sont parfois compliquées.

Mary-Alice voix off : Et Dave Williams le savait parfaitement et il était bien déterminé à être le meilleur voisin que Wisteria Lane n’ait jamais connu.

Dave enlève l’échelle et se retourne pour voir Edie sortir en courant de la maison.

Mary-Alice voix off : C’était, bien entendu, sans compter sur le soutien de sa femme.

Chez Edie

Edie est dans la chambre quand Dave arrive sur le pas de la porte.

Dave : Tu fais quoi ?
Edie : Nos valises. Karen McCluskey m’a encore insultée et je n’en peux plus.
Dave : Ok. Elle t’a dit quoi ce coup-ci ?
Edie : Peu importe. On déménage.
Dave : Les adultes ne déménagent pas à cause de gentilles taquineries.
Edie s’arrêtant de remplir la valise : Elle a dit que ma poitrine était un hommage au savoir-faire allemand. Tu trouve ça gentil ?
Dave souriant : Voyons. C’est une vieille grincheuse.
Edie : Il n’y a pas qu’elle. Tous. Ca fait 5 ans ! J’ai changé. Mais les gens d’ici s’en fichent. Ils ne me prendront jamais au sérieux.
Dave s’approchant d’elle : Désolé que tu aies passé une mauvaise journée.
Edie : Ne prends pas ta voix de conférencier. Je déteste ça.
Dave : Tu es contrariée et fatiguée. (il met ses mains sur les épaules de sa femme) Va donc prendre une bonne douche et je nous prépare à manger.

Il lui fait un bisou sur le front et Edie s’assied sur le lit.

Edie : Je ne comprends toujours pas. On aurait très bien pu aller vivre dans n’importe quelle autre ville. Pourquoi as-tu insisté pour venir ici ?
Dave : Parce qu’on peut y être heureux. Sois un peu patiente et je te le promets, je veillerai personnellement à ce qu’on te traite avec plus de respect.
Edie : Tu ne m’as pas répondu.
Dave : Vraiment ?

Il lui sourit et Edie reste tristement assise sur le lit.

Gaby ouvre sa boîte à lettres et en sort une enveloppe qu’elle s’empresse d’ouvrir. Elle la lit et sourit. Elle entre dans la maison.

Gaby : Carlos, on est invité à la soirée de Michelle Downing ! Je vais devoir m’acheter quelque chose de…

Elle arrive au salon en sursautant car elle voit Carlos masser un homme.

Carlos : Gaby, je suis en plein massage.
Gaby : Je vois ça. Je vois même…des choses qu’on ne devrait jamais voir de sa vie.
L’homme levant la tête : Désolé. La serviette a dû remonter.
Gaby se tenant le front : Carlos. Cuisine. Tout de suite.
Carlos arrivant dans la cuisine : Je sais que tu n’aimes pas que je travaille ici mais il ne peut pas monter à cause de sa hanche.
Gaby : Il a aussi un testicule en moins. Combien de temps vais-je encore devoir supporter ça ?
Carlos : Je vais m’installer dans le garage.
Gaby : Ce n’est qu’une partie du problème. Tu as vu l’état de nos finances ?
Carlos : Je ne prendrais pas le boulot au Country Club.
Gaby : Pourquoi pas ? Tu masserais des gens riches. Leurs pourboires sont plus gros et ce ne sont pas de vieux décrépits.
Carlos : Mais j’aime travailler ici. Je peux vous voir, toi et les filles.
Gaby : Je n’ai pas besoin de passer autant de temps avec toi. Et franchement, les filles ne se prononcent pas. En fait, notre vie me manque. Faire du shopping. Tout ce qui me réjouit, c’est une invitation de temps en temps pour une soirée chic (elle lui montre la lettre même s’il ne peut pas voir). Et je ne peux même pas m’acheter une robe pour y aller. Carlos, je t’en supplie.
Carlos : Ok, je vais accepter le boulot.
Gaby s’éloignant de la pièce : Merci.
Carlos reste seul dans la cuisine : Désolé.

Chez Susan

Jackson et Susan sont en train de regarder quelle chemise il pourrait mettre pour sa sortie avec Mike. Il en met une devant son torse mais Susan lui dit non. Il en met une autre mais Susan lui redit non.

Jackson : Ca m’étonnerait vraiment que Mike s’attarde sur mes vêtements.
Susan : Moi, si. Il te faut une chemise disant : Je suis un citoyen responsable et non : celui qui m’a vendu ça me vend aussi ma beuh.
Jackson : Tu critiques ma façon de m’habiller ?
Susan : Absolument. (elle prend une chemise couleur crème) Enfile ça. Ensuite…Voyons les sujets de conversation acceptables. Tu aimes le sport, non ?
Jackson : Je suis un grand fan de foot.
Susan : Pas du tout. Non. C’est le football américain que tu aimes. Et surtout les Colts. Je te donne d’autres sujets. Les voitures, les barbecues, la pêche.
Jackson : Et l’enfer ? Mike aime parler de l’enfer ?
Susan : Jackson, sois sérieux.
Jackson : Je le suis. Mais je ne vais pas faire semblant d’être quelqu’un d’autre. S’il ne m’aime pas, il va faire quoi ?
Susan : Je peux me retrouver au tribunal à devoir choisir entre toi et mon fils. Et je suis désolée mais tu perdrais.
Jackson : Peyton Manning est le meilleur quaterback de tous les temps.
Susan souriante : Merci.

Elle l’embrasse en lui mettant ses mains sur le visage.

Susan : Va te raser. On dirait un clochard.

Chez les Scavo

Lynette arrive dans la chambre de son fils avec une corbeille à linge. Il écoute de la musique avec ses écouteurs. Elle lui fait signe de retirer son casque pour lui parler.

Lynette : Tu as un moment ?
Porter : Pas vraiment.
Lynette : Je suppose que tu es au courant pour Jimmy Conrado ?
Porter : Possible.
Lynette : Ton ami se fait prendre en train de dealer à l’école et tout ce que tu trouves à dire c’est « Possible » ?
Porter : C’est pas mon ami.
Lynette : Comment ça ? Vous jouiez au baseball ensemble.
Porter : Il y a un million d’année, oui. C’est tout ?
Lynette se retournant pour partir : Pas vraiment.

Elle entre ensuite dans la chambre de Parker.

Lynette : Je peux te poser une question ? Juste entre nous. Est-ce que Porter traîne avec Jimmy Conrado ?
Parker : Je peux vérifier sa liste d’amis sur Silverfizz.
Lynette : Sa quoi sur quoi ?
Parker pianotant sur son ordinateur : C’est comme Myspace. Tu as une page internet avec tes loisirs, ta musique préférée, et tu peux parler à des gens.
Lynette : Vraiment ? N’importe qui peut lui parler ?
Parker : Il suffit qu’il t’invite.
Lynette pensive : Et…Comment on s’y prend ?

Maison de Bree

Andrew, Bree et Orson sont assis sur le canapé. Bree tient un livre dans ses mains.

Bree : Ce n’est qu’une maquette mais le livre devrait ressembler à ça.

Elle retourne le livre pour qu’ils puissent découvrir la couverture.

Andrew : Maman, c’est génial. Bon choix de police.
Bree : Merci chéri. Orson, qu’en penses-tu ?
Orson : Je trouve étrange que ma femme se fasse appeler Madame Van de Kamp.
Bree : Tu connaissais le titre.
Orson : Mais c’est différent de le lire. C’est trop tard pour changer en Madame Hodge ?
Bree : Mon entreprise, que j’ai fondée lorsque nous étions séparés, s’appelle Madame Van de Kamp, traiteur. On me connaît sous ce nom.
Orson : A Fairview. Mais ce livre va sortir dans tout le pays. C’est l’occasion de changer de nom. (Bree regarde son fils pour revenir vers Orson) Quelque chose ne va pas avec Hodge ?

Bree ne sait pas quoi dire alors c’est Andrew qui intervient.

Andrew : J’ai cru entendre le lait tourner. Je vais voir.

Il se lève et quitte la pièce précipitamment.

Bree : Orson, je t’adore mais ton nom…Notre nom…il ne chante pas. Van de Kamp, ça fait claquer la langue. Hodge, ça ressemble au bruit d’une ventouse.
Orson : C’est grotesque !
Bree : Ecoute…

Elle prononce haut les deux noms de familles pour qu’il puisse comprendre.

Andrew revenant de la cuisine et restant sur le pas de la porte : Elle a une interview à la radio, mercredi et ils en font la publicité avec Van de Kamp.
Bree : Tu vois ? C’est une affaire qui roule. Ne le prends pas mal. C’est professionnel. A la maison, je serais toujours Madame Hodge. Ca te plairait que Madame Hodge te prépare ton plat préféré ce soir ?
Orson : Oui, ça me dit bien.
Andrew revenant encore une fois : Et la réunion avec ton agent ?
Bree : Oh, c’est vrai. Alors demain, promis.

Elle lui fait un rapide baiser sur les lèvres et s’en va. Orson regarde encore une fois la maquette et répète son nom de famille fort.

Chez Karen

Dave est assis sur le canapé en face du chat de Karen. Elle revient dans le salon et lui tend un verre de limonade.

Karen : Tenez
Dave : Merci
Karen : Toby, descends de là. Tu sais bien. (Elle s’asseye sur le fauteuil en face de Dave) Alors, qu’est-ce qui vous tracasse ?
Dave : C’est Edie. Vous lui avez dit des choses hier qui l’ont blessée.
Karen : Sur ses seins ? C’était pour rire.
Dave : Sûrement, mais ça l’a vexée au point qu’elle a voulu quitter Wisteria Lane. Je ne peux le tolérer Madame McCluskey.
Karen : C’est notre truc à Edie et moi. On se taquine. Je dis qu’elle est une fille facile comme bonjour, et elle me dit que ma tête ressemble à un genou. C’est marrant.
Dave : Je le prendrais comme une faveur personnelle si vous vous excusiez auprès d’elle. Qu’elle se sente acceptée et aimée.
Karen : Si Edie veut changer notre façon de nous parler, qu’elle vienne me le dire personnellement. Je vous trouve bien impudent de venir me reprocher quelque chose alors que vous ne me connaissez pas.
Dave : Je vous connais. Et mieux que vous ne le pensez.
Karen : Vraiment ?
Dave : Pour commencer, vous parlez à votre chat comme à une vraie personne. Quand j’ai frappé, vous m’avez tout de suite invité à entrer. Il ne faut pas être un génie pour voir que vous êtes seule. Je pense que vous avez été entourée à une époque…(il regarde les photos accrochées au mur) Par des gens qui tenaient à vous. Mais il leur est arrivé quelque chose. Certains sont probablement morts. Les autres…Ils ne passent pas souvent par ici. Pourquoi à votre avis ? Je vous connais Madame McCluskey. (il prend le chat sur lui) Et il me semble qu’une femme comme vous aimerait garder les quelques amis qui lui restent.

Il se lève en gardant le chat sur lui. Karen se lève à son tour et lui reprend le chat.

Karen : Vous devriez partir.

Chez Susan

Susan est en train de faire les cents pas dans la cuisine en attendant Jackson. Elle regarde sa montre au moment où elle entend une voiture se garer. Elle se précipite à la fenêtre et écarte le rideau pour voir la scène. Jackson descend du véhicule.

Jackson : Merci pour la soirée. Et l’équipe des Colts est naze.
Mike : Non, ce qui est naze, c’est regarder un match à zéro-zéro sans pom-pom girls, petit joueur.

Il lui fait signe de la main et entre dans la maison. Susan arrive près de lui.

Susan : Vous vous insultiez. C’est bon signe, pas vrai ?
Jackson : On s’est éclaté.
Susan : Vraiment ?
Jackson : D’ailleurs, on se retrouve mercredi à O’Brien. Il dit qu’on y mange les meilleures patates de la ville.
Susan : Des patates à O’Brien ? Tu fais partie des intimes ! Génial ! Merci. (Elle lui saute au coup pour l’embrasser)
Jackson : Tu pourrais trouver une façon plus inventive de me remercier.

Susan embrasse Jackson et ils tombent sur le lit de leur chambre. Jackson se met sur Susan et lui fait des bisous dans le cou et vers l’oreille. Susan sourit.

Susan : C’est bon. Tu n’avais jamais fait ça avant. Attends. (Susan le repousse) Tu n’avais jamais fait ça avant. Pourquoi le fais-tu maintenant ?
Jackson : Je sais pas. Tu n’aimes pas ?
Susan : Si. Mais comment savais-tu que ça me plairait ?

Jackson hausse les épaules et secoue la tête mais Susan a compris et ouvre de grands yeux.

Susan : Oh mon dieu !
Jackson : Quoi ?

Elle se redresse.

Susan : Mike t’a parlé de mes oreilles, pas vrai ?
Jackson : Non.
Susan : Alors, tu as trouvé par hasard mon penchant secret le soir même où tu es devenu le meilleur ami de Mike ?
Jackson : Ne serait-on pas en train d’oublier que ça te plaît ?
Susan se mettant assise : C’est…Enfin, je…Je me sens violée (elle met un coussin sur elle)
Jackson : Allons, chérie…
Susan : Ne me touche pas ! Ni mes oreilles ! Mes oreilles n’existent plus pour toi.
Jackson : C’est sorti comme ça. On parlait des filles…Elles aiment des trucs différents, non ? Et je parlais de cette fille, qui aimait faire l’amour avec ses chaussures. Et Mike a parlé du léchage de lobe.
Susan : Il a un nom pour ça ? (Jackson ne répond pas) Ca suffit. Je ne veux plus que toi et Mike vous vous voyiez. (elle se lève précipitamment) Et cette petite soirée mercredi : Patates et sexualités de Susan, je l’interdis.

Elle s’en va de la chambre le laissant seul sur le lit. Jackson se couche et met un coussin sur son visage. Elle rouvre tout de même la porte et passe la tête à l’intérieur.

Susan : Mike a-t-il dit qu’il aimait qu’on lui suce les orteils ? C’est sorti comme ça.

Elle referme la porte et Jackson enlève le coussin de son visage en fronçant les sourcils.

Maison de Gaby

Gaby est en train de nettoyer les vitres de sa maison à l’extérieur, sous le porche, quand Bree vient à sa rencontre.

Bree : Gaby.
Gaby : Bree ! Quoi de neuf ?

Gaby pose ses affaires de nettoyage et se met devant Bree.

Bree : Eh bien, Michelle Downing m’a demandé de te parler. Je ne sais pas si tu sais, mais je cuisine pour son anniversaire.
Gaby : Je sais. J’ai hâte. Je voulais te demander, dois-je porter ma robe Chanel bleue ou ma robe rouge sans manches ?
Bree : Tu ne peux pas venir. Désolée. Je voulais abréger tes souffrances.
Gaby triste : Quoi ? Elle annule son invitation ?
Bree : Ca n’a rien de personnel. Carlos vient de commencer à travailler au Club. Tous ses invités sont membres. Et ils pourraient être embarrassés de se retrouver avec…le personnel.
Gaby : Elle a parlé de personnel ?
Bree : Gaby, ce n’est qu’une fête. Je te garderais du gâteau.

Bree s’approche d’elle pour lui prendre les mains mais Gaby recule brusquement.

Gaby : Non ! Ce n’est pas qu’une fête ! C’est le coup d’envoi des mondanités. Si on n’est pas invité, personne ne nous invitera plus. Puis, ce sera le début de notre lente descente des grandes soirées et des galas vers les fêtes de la bière !

Gaby s’asseye sur le siège et elle a les larmes aux yeux. Bree la regarde compatissante.

Gaby : Si le problème, c’est que Carlos travaille au Club, dis-lui qu’il a démissionné.
Bree : Ma puce, je ne crois pas que ça passera. Il a déjà malaxé trop de membres.
Gaby : Que m’est-il arrivé ? Avant, c’était nous qui avions du personnel. (Bree s’asseye à ses côtés) Maintenant, c’est nous le personnel !

Bree passe un bras autour de ses épaules et la ramène vers elle pour la consoler.

Chez les Scavo

Tom revient dans la cuisine avec une corbeille à linge alors que Lynette se trouve sur l’ordinateur et elle sourit.

Tom : Qu’est-ce que tu fais ?
Lynette : Je suis en train…(Tom pose la corbeille et vient vers elle) de parler à Porter sur Silverfizz
Tom : Qui est Sara J. du lycée McArthur ?
Lynette le regardant en souriant : Moi. J’ai 16ans et je suis mignonne. J’aime les BD et Tokyo Police Club.
Tom horrifié : Mon dieu. Tu te fais passer pour quelqu’un d’autre ?
Lynette : Notre fils chéri a un camarade de classe qui a été arrêté pour avoir dealé, ici, la fin justifie vraiment les moyens.
Tom : Ok, je m’occuperai de ton manque d’éthique plus tard. (Il s’asseye sur le rebord du canapé pour être aux côtés de sa femme) Tu as trouvé quelque chose ?
Lynette : La bonne nouvelle, c’est qu’il ne fréquente plus Jimmy Conrado. Mais je m’inquiète un peu au sujet de cette Anita47 qui lui a dit que les glaces à la cerise étaient aphrodisiaques.
Tom rigolant : Bon, tu sais qui il fréquente maintenant. Tu as eu ce que tu voulais. Arrête-toi là.

Tom se relève pour vaquer à ses occupations mais Lynette reste sur l’ordinateur.

Lynette : Tu as probablement raison. Mais c’est…Tu savais que Porter écrivait des poèmes ?
Tom perdant son sourire : Vraiment ?
Lynette : Oui. Notre Porter, le gamin qui ne communique que par grognement écrit ses poèmes…beaux et émouvants.
Tom : Peut-être qu’un jour il t’en parlera au lieu de ton alter ego fantasmé. D’ici là, éteins ça !
Lynette : Ok. Tu as raison.

Elle referme l’ordinateur et Tom s’en va de la pièce mais Lynette le rouvre aussitôt.

Chambre de Porter

Porter est toujours sur son ordinateur. On peut voir à l’écran la conversation de Porter et de Sara qui est en fait sa mère.

Message de Porter : Je kiffe grave Walt Whitman !
Message de Sara/Lynette : Emily Dickson nique Walt Whitman !

Porter rigole et récrit quelque chose. Nous voyons Lynette attendre la réponse.

Message de Porter : Ouais, si tu aimes la poésie de vieille fille.

Lynette : Ah oui ?

Elle sourit et écrit un autre message qu’elle envoie.

Message de Sara/Lynette : Ta copine aime la poésie, aussi ?
Message de Porter : J’en ai pas. Il y a une fille qui me plaît. Mais on n’en pas encore parlé.

Lynette souriante : C’est mimi.

Message de Sara/Lynette : Les filles adorent le romantisme. Envoie-lui un poème. Elle va pas en revenir.

Porter lit le message et fronce les sourcils. Preston, qui était assis dos à lui sur le fauteuil se retourne pour parler à son frère.

Preston : Tu parles encore à la poétesse ?
Porter : Vas te faire voir.
Preston : Elle a pas mis de photo. 5 Dollars qu’elle est horrible.
Porter : C’est ça.

Preston se retourne pour se rasseoir sur le fauteuil.

Karen est dans la rue en train de chercher son chat.

Karen : Toby ? Toby ! Où es-tu ? Toby !
Un homme arrive vers elle : Tout va bien Madame McCluskey ?
Karen : C’est Toby, je ne le trouve plus.
Dave : Oh non. Comment est-il sorti ?
Karen : La fenêtre du salon était ouverte, ce qui est bizarre car je ne me rappelle pas l’avoir ouverte. Vous pouvez m’aider à le chercher ?

Elle lui tend la main pour qu’il la lui prenne et ainsi l’aider à se relever.

Dave : Avez-vous songé à vous excusez auprès d’Edie ? Elle est encore déprimée.
Karen ramenant sa main vers elle :J’ai été occupée.
Dave : Evidemment. Mais…Comme je vais vous aider à retrouver votre chat, ce serait gentil à vous de m’aider avec Edie. Ca ne vous paraît pas juste ?
Karen : Je suppose.
Dave tendant la main : Là.
Karen la prenant et se relevant : Merci.
Dave : Bon. Toby ! Viens minou !

Dave se met à chercher le chat tandis que Karen le regarde bizarrement, avec méfiance.

Studio

Bree est en face d’une femme dans un studio d’une radio pour faire une interview.

Femme : Donc, on finit les infos, on fait un point sur la circulation et c’est à nous. Vous avez besoin de quelque chose ?
Bree : Non, tout va bien. De quoi j’ai l’air ?
Femme : On est à la radio.
Bree : Je suis un peu nerveuse. C’est ma première interview sur une radio nationale. Et j’adore vos livres de cuisine.
Femme : On m’a dit du bien de vous. J’ai entendu que vous cuisiniez pour Michelle Downing ce soir.
Bree : Vous connaissez Michelle ?
Femme : Oui et je serai là. J’ai hâte de goûter vos plats.
Bree : Bon, je suis terrorisée maintenant.

Elle prend sa tasse pour boire alors que l’assistant fait signe à la femme de y aller.

Femme : On y va. Bonjour, je suis Linda Flanagan et vous écoutez « L’Amérique des Gourmets ». Si vous avez déjà été aux soirées de Fairview alors vous avez probablement goûté l’alléchante cuisine préparée par ma première invitée, Bree Van de Kamp.

Orson est en train de manger dans la cuisine en écoutant la radio mais regarde méchamment la radio en entendant le nom de famille de Bree.

Linda : Elle publie son premier livre, Les recettes traditionnelles de Madame Van de Kamp. Bonjour Bree
Bree : Bonjour Linda.
Linda : Dites-moi. Pourquoi « traditionnelles » ?
Bree : Je crois que beaucoup de gens regrettent la vie d’autrefois…Quand les femmes avaient plus de temps pour cuisiner. (Orson est toujours en train d’écouter la radio tout en mangeant) J’ai toujours trouvé important que la famille se rassemble autour de la table tous les soirs pour de délicieux repas préparés avec amour.
Linda : Vous êtes donc une femme plutôt traditionnelle. Y a-t-il un Monsieur Van de Kamp ?
Bree : Non. Monsieur Van de Kamp est décédé (Orson relève la tête et attend la suite) Mais en ce qui concerne mon mari, je dois préciser que sa mort n’a rien à voir avec ma cuisine.

Orson regarde la radio et casse ses bâtons chinois qu’il tenait dans la main.

Chez les Scavo

Lynette est dans la cuisine en train de lire le journal quand son fils descend à la cuisine. Il pose ses affaires sur la table et Lynette regarde les livres.

Lynette : C’est mon livre de Yeats ? J’adore ses poèmes.
Porter : Je te l’emprunte pour l’école.
Lynette : Voilà le genre de poésie qui fait fondre les filles. Tellement romantique. Il y a un poème superbe « Le Pays du désir du cœur ». Mon premier petit-ami m’avait offert ce poème. J’étais au collège…
Porter : Je suis en retard. Tu me rends le bouquin ?
Lynette : Désolée.

Porter se dirige en se dépêchant vers la sortie.

Lynette : Amuse-toi bien !

Chez Bree

Bree arrive dans son atelier de cuisine et elle porte une oreillette afin de parler au téléphone. Elle est chargée de paquet rempli de nourriture.

Bree : Katherine, il est encore tant de changer le menu de ce soir. Si Linda Flanagan aime ma cuisine, elle écrira peut-être un commentaire pour la couverture du livre. Je dois l’épater et je ne miserais pas tout sur le haddock. Continue à ergoter. Je viens d’acheter 20kg de porc alors tu ferais mieux de venir.

Elle coupe la conversation tout en rangeant les affaires dans le frigo alors qu'Orson arrive dans la cuisine et observe Bree. Elle se retourne et voit Orson.

Bree : Orson ! Tu as eu mon message au sujet de Linda Flanagan ?
Orson : Oui, je l’ai eu.
Bree : N’est-ce pas incroyable ?
Orson : Presque aussi incroyable que mon faire-part de décès à l’antenne.
Bree : Quoi ?
Orson : « Alors Bree, vous avez un mari ? » « Non, plus maintenant. Il a clapsé »
Bree : Elle n’a pas demandé si j’avais un mari. Elle a demandé s’il y avait un Monsieur Van de Kamp et il n’y en a pas.
Orson : Il y a un Monsieur Hodge. Ca t’aurait tuée d’évoquer mon existence ?
Bree : Pour perdre du temps à l’antenne ? C’était sur mon livre de recettes pas sur mon histoire matrimoniale torturée.
Orson : Ce n’est pas la question. C’est parce que j’ai fait de la prison n’est-ce pas ?
Bree : Orson. J’ai 6 heures pour préparer un repas pour 80 personnes. Je ne veux pas discuter de ça maintenant.
Orson : Reconnais-le. Tu as honte de moi.
Bree : Je devrais être fière ? Tu veux que j’aille à la radio et que je me vante que mon mari a fait de la prison pour avoir renversé quelqu’un ?
Orson : Je suis allé en prison car c’était la seule façon que tu reveuilles de moi.
Bree : Et parce que c’était ce qu’il fallait faire. Je ne savais pas à l’époque que je serais une personnalité un jour. Et c’est le cas. Je me suis faite un nom.
Orson : Heureusement pour toi, ce n’est pas le mien.
Bree culpabilisant : Orson, ne sois pas vexé. Je suis tellement stressée et j’ai tellement peur d’échouer que je ne sais pas ce que je dis la moitié du temps. Laisse-moi m’occuper de ça. Dès que les plats seront servis, je rentrerai à la maison et je te préparerai le rôti que je t’ai promis.
Orson avant d’embrasser Bree : Ok. (il s’embrasse) C’est juste que…je…
Bree regardant sur le comptoir : La ciboulette ! Comment ais-je pu oublier la ciboulette ?

Elle s’enlève de ses bras et sort alors qu’Orson reste au même endroit.





En cours par melinou27

Kikavu ?

Au total, 149 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Neelah 
19.02.2021 vers 18h

IThink 
04.02.2021 vers 19h

reinhart 
05.12.2020 vers 19h

Elisea2017 
26.08.2020 vers 12h

skins4ever 
06.08.2020 vers 17h

soniamango 
24.07.2020 vers 00h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Suite de Mots (2)
Hier à 23:26

photo du mois (2)
Hier à 23:25

Les Concours
09.03.2021

CONCOURS N°11
08.03.2021

CONCOURS N°11
08.03.2021

Musiques
07.03.2021

Musiques
07.03.2021

Musiques
06.03.2021

Musiques
04.03.2021

Musiques 806
03.03.2021

Actualités
Le mois d'avril arrive !

Le mois d'avril arrive !
Le printemps se poursuit avec le début du mois d'avril. Pour celà, un nouveau sondage est en ligne....

Le quartier change de couleur

Le quartier change de couleur
Les Housewives changent de couleur. Ce nouveau design est signé Sevnol.  Merci beaucoup pour cette...

Concours n°11 - Le quartier fête son anniversaire

Concours n°11 - Le quartier fête son anniversaire
Ouvert le 12 mars 2005, le quartier de Desperate Housewives s'apprête à fêter son 16ème...

Le mois de Mars est arrivé

Le mois de Mars est arrivé
Mars pointe le bout de son nez ! Une nouvelle photo du mois, et un nouveau sondage sont en...

HypnoCup 2021 - 8ème de finale

HypnoCup 2021 - 8ème de finale
Pour l'HypnoCup 2021, la manche des 8ème de finale est lancée. Deux couples sont toujours en course...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

langedu74, Avant-hier à 17:58

Qui de Bobby Nash (9-1-1) ou Matthew Casey (Chicago Fire) deviendra Membre des Peaky Blinders ? Venez voter dans le forum

sanct08, Hier à 12:23

Bonjour, la première question du nouveau quizz X-Files vient d'être posée

Sas1608, Hier à 12:49

Nouveau design sur le quartier de Once Upon A Time. Merci Sevnol !

pretty31, Hier à 16:35

Nouvelle manche pour The New Song chez Zoey's EP et ciné-émoji sur HypnoClap !

Supersympa, Hier à 16:36

Bonjour à tous. Nouveau mois sur les quartiers Alias, Dollhouse, The L Word et nouveau calendrier chez Angel.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site